samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Quand les garagistes n’inspirent pas confiance (étude)

Publié le

Publié le 20/02/2019 à 16:06 - Mise à jour le 20/02/2019 à 16:06
Lecture 2 minutes

Quels rapports les automobilistes entretiennent-ils avec leur garagiste ? L’étude sur le budget des familles, réalisée par l’Institut de la statistique en 2015, révèle que le transport est le deuxième poste de dépense le plus important pour les familles, derrière l’alimentation et devant le logement.
 
Une famille dépense en moyenne 56 822 Fcfp par an, rien que pour l’entretien de ses véhicules. Un budget conséquent qui génère de la méfiance à l’égard des garagistes et autres professionnels de la maintenance, selon les résultats d’une enquête réalisée auprès de 600 familles sur le thème “les Polynésiens et leurs voitures”, et dont l’association de défense des consommateurs Te Tia Ara s’est fait l’écho ce jeudi.
 
Cette méfiance se traduit aussi par le manque d’entretien des véhicules. Près d’une personne sur deux déclare ainsi ne pas avoir entretenu son véhicule depuis plus de deux ans. Parmi ces personnes, 79% sont des propriétaires de voitures achetées d’occasion.
 
Une grande partie des personnes interrogées avoue d’ailleurs ne plus entretenir leur véhicule une fois la garantie passée. Mais quand un véhicule ne démarre plus, il faut bien le faire réparer…
 
Dans ce cas, beaucoup d’automobilistes polynésiens n’ont tout bonnement pas recours aux services d’un garagiste. D’après l’étude de Te Tia Ara, à peine un peu plus de la moitié des personnes interrogées font appel à un professionnel pour entretenir leur véhicule.
 
Et parmi ces derniers, 66% restent fidèles au même garagiste. Dans leurs critères de choix : 24% aiment qu’on leur explique en détail leur facture, 23% demandent à voir la pièce qui a été remplacée et 20% apprécient quand on leur prête un véhicule de remplacement le temps des travaux.
 
Les familles interrogées dans ces études formulent également plusieurs souhaits, comme l’amélioration de l’état des routes, de la fluidité du trafic et de l’efficacité des transports en commun, pour que leur véhicule s’use moins vite.
 
Ils réclament aussi la mise en place d’un plafond tarifaire pour chaque type de panne, la possibilité de faire réparer son véhicule avec des pièces d’occasion ou encore de renforcer les contrôles de l’inspection du travail pour les mécaniciens qui travaillent au noir.
 

Rédaction web avec Tamara Sentis et Brandy Tevero

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

Vaimua Muliava : “Le numérique, c’est la nouvelle pirogue...

Vaimua Muliava, membre du gouvernement de Nouvelle-Calédonie est actuellement en visite au fenua dans le cadre du Digital festival Tahiti qui se tient à la Présidence depuis le 16 octobre et qui se termine ce samed

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X