mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Quand les eaux usées se déversent au grand jour

Publié le

Publié le 30/05/2017 à 14:16 - Mise à jour le 30/05/2017 à 14:16
Lecture 2 minutes

Dans ce caniveau à ciel ouvert, les eaux usées des logement sociaux des hauts du Tira s’écoulent depuis quelques jours, sans interruption.

Mana, agent de la Polynésienne des eaux nous explique la situation. « Les regards sont bouchés, mais on se sait pas d’où vient vraiment le problème ». Et pour cause, « C’est la première fois que nous intervenons ici, avant c’était une autre société qui s’occupait de cela ».

En attendant de trouver ce qui provoque ces écoulements nauséabonds, « Nous allons faire un audit avec l’OPH pour comprendre réellement quelle est la cause. Dans l’immédiat, nous allons déboucher les canalisations pour favoriser l’écoulement puis voir avec l’OPH ce que nous pouvons apporter comme solution. »

Une eau sale s’exfiltrant de son réseau se déverse directement dans les écoulements des eaux pluviales, derrière le logement des sœurs, puis vers le foyer des jeunes et enfin le long de la cantine où déjeunent près de 500 petites têtes brunes de la maternelle de l’école de la Mission.

« En 2009, nous avons eu le même problème » explique Sœur Liliane Neff, « Une équipe du service d’hygiène était venue, mais cela ne s’est pas amélioré. Il y a eu une accalmie, mais c’est reparti. La preuve, depuis huit jours, cela recommence, et c’est vraiment insupportable ».

Le caniveau d’écoulement d’eau pluviale, comme son nom l’indique est fait pour recueillir les eaux de pluie. Donc théoriquement, quand il ne pleut pas, il ne devrait pas y avoir de l’eau qui s’écoule. Mais là, alors que le temps est au beau fixe, l’eau n’en finit pas de couler, et les odeurs d’empester.

Selon la Sœur, l’eau proviendrait des Hauts du Tira. « Cette odeur est vraiment intenable. Cela dérange tous ceux qui habitent à proximité du caniveau. Toutes les écoles du quartier de la Mission sont concernées. » Anticipant, « D’ici que les parents d’élèves remarquent cela et portent plainte… « . Pour l’heure Sœur Liliane Neff ne sait plus à quel saint se vouer.

Contacté par nos soins, Moana Blanchard Directeur général de l’OPH, a indiqué avoir réagi de suite dès qu’il a eu connaissance du problème. Selon lui, il ne s’agit pas d’un problème lié au réseau lui-même. « C’est surtout un apport de matière graisseuse qui n’a rien à faire dans ce réseau d’eau usée, qui témoigne du comportement des habitants de cette zone de la mission. Nous avons trouvé des détritus de toute nature qui n’ont rien à y faire ». Bref, ce serait plus un problème d’incivisme que de canalisations.

Pour l’homme à la tête de l’OPH, « C’est un problème récurrent sur l’ensemble des lotissements dotés de station d’épuration. » Pour lui, les installations ne sont pas sous dimensionnées, « Dans plusieurs lotissements, nous avons trouvé dans le réseau, du linge, du riz, des huiles de cuisine. (…) Ce qui est préoccupant, c’est que plus on interviendra, plus le montant des charges à payer sera important. »
 

Rédaction Web avec Brandy Tevero et Solange Ekoh

 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : fermeture du 444 789 à partir du...

Le numéro mis en place par le gouvernement depuis le 13 mars pour répondre aux questions de la population sur le Covid-19, sera fermé à compter du dimanche 31 mai, ne recevant quasiment plus d'appels.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV