mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Quand le programme Maita’i Sport Santé inspire la Délégation aux Outre-mer

Publié le

La dernière session du programme Maitai Sport Santé s’est à peine achevée que les candidatures pour la prochaine se multiplient. Le concept : pendant 4 mois, un programme adapté à chaque candidat leur permet de faire du sport en toute sécurité et d’en tirer tous les bénéfices. Un concept qui pourrait être repris par la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale afin de le proposer aux autres outre-mer.

Publié le 23/07/2019 à 10:33 - Mise à jour le 23/07/2019 à 15:56
Lecture 2 minutes

La dernière session du programme Maitai Sport Santé s’est à peine achevée que les candidatures pour la prochaine se multiplient. Le concept : pendant 4 mois, un programme adapté à chaque candidat leur permet de faire du sport en toute sécurité et d’en tirer tous les bénéfices. Un concept qui pourrait être repris par la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale afin de le proposer aux autres outre-mer.

Lancé en 2017, le programme Maita’i Sport Santé attire de plus en plus de personnes à la recherche d’une activité sportive adaptée à leur état de santé. Des séances simples et ludiques afin de déclencher chez les patients l’envie de se dépenser et par la même occasion améliorer leur santé.

« Tous les exercices sont adaptés, explique Benjamin Hinniger, coach sportif du programme. Au fur et à mesure, les patients se connaissent, donc ils savent les adapter eux-mêmes. Mon rôle est de les rendre autonomes dans la pratique du sport, pour qu’ils continuent. »

Le sport devient un outil thérapeutique conseillé par les médecins. Cependant le programme Maita’i Sport Santé reste un dispositif transitoire vers une pratique régulière des activités physiques pour lequel chaque patient n’a droit qu’à deux sessions.

La dernière session vient de s’achever. La prochaine campagne démarrera à la rentrée d’août. Benjamin souhaite d’ailleurs ouvrir les inscriptions aux personnes atteintes d’une maladie qui ne figure pas dans la liste des personnes éligibles au programme.

« On va vous piquer plein de choses que vous avez mis en place et qui semblent fonctionner très bien »

Maud Petit, vice-présidente de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale et députée du Val-de-Marne
Maud Petit. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La vice-présidente de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale, Maud Petit, est en Polynésie pour une mission sur le sport et la santé. Invitée sur notre plateau, elle a confié avoir « découvert » au fenua « des programmes sur le sport et la santé extraordinaires et que je n’ai pas encore découverts ailleurs en outre-mer et même pas en métropole. J’ai fait beaucoup d’auditions depuis mardi dernier, où je suis arrivée, et on va vous piquer plein d’idées, plein de choses que vous avez mis en place depuis 2017 notamment, et qui semblent fonctionner très bien. »

En marge de cette mission polynésienne, elle nous apprend que des auditions sont également menées à Paris, « et elles doivent se poursuivre jusqu’au mois d’octobre où on va rendre un rapport. (…) Et ce que nous aurons observé ici, on va pouvoir peut-être le dupliquer, le proposer pour les autres territoires et départements d’outre-mer. C’est le but de la mission. »

Quant à savoir comment ce type de programme pourrait pérenniser dans d’autres outre-mer avec les moyens dont ils disposent, celle qui est aussi députée du Val-de-Marne explique : 

« J’observe beaucoup ce que vous avez mis en place ici. Une première chose, il faut que les pouvoirs publics se sensibilisent à cette question, et c’est déjà le cas ici. Il y a plusieurs initiatives qui sont mises en place par des associations et par la CPS, comme le CPS Challenge. Tout ça mérite d’être financé. Il y a quelque chose de très intéressant qui a été fait en Polynésie, qui sera peut-être un peu plus difficilement applicable en métropole, c’est la taxation de certains produits alimentaires et avec l’argent récupéré par ces taxes, un fonds qui a été mis en place et qui permet d’alimenter des initiatives comme l’entreprise active, l’administration active et plusieurs initiatives comme le Maita’i. Donc ça c’est très important puisque votre assurance maladie permet de financer ce genre de projet et c’est peut-être par ce biais là qu’on va pouvoir y arriver ailleurs. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Retour de la houle à Teahupoo : les surfeurs au...

Les accros de la glisse avaient rendez-vous ce samedi, à Teahupoo. Ils étaient nombreux à profiter toute la matinée de la grosse houle du Sud qui a touché depuis hier soir la côte ouest de Tahiti.

Marché de Papeete : la vente de couronnes de...

Les vendeuses de couronnes de fleurs du marché de Papeete n’ont pu reprendre leur activité qu’aujourd’hui. Une reprise au ralenti car elles doivent faire face à un problème d’approvisionnement en fleurs et de pénurie de clients.

Bora Bora, destination test pour un couloir sanitaire ? 

La perle du Pacifique entre dans le dur de la crise. Le pays et l’État l’ont bien compris, il faut faire vite pour redonner un peu d’air aux acteurs du tourisme. Une délégation s’est rendue aujourd’hui au chevet de l'île. La mise en place d’un "couloir sanitaire", notamment pour les jets privés, est pris très au sérieux. Bora Bora pourrait être une destination test.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV