mercredi 18 septembre 2019
A VOIR

|

Quand le programme Maita’i Sport Santé inspire la Délégation aux Outre-mer

Publié le

La dernière session du programme Maitai Sport Santé s’est à peine achevée que les candidatures pour la prochaine se multiplient. Le concept : pendant 4 mois, un programme adapté à chaque candidat leur permet de faire du sport en toute sécurité et d’en tirer tous les bénéfices. Un concept qui pourrait être repris par la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale afin de le proposer aux autres outre-mer.

Publié le 23/07/2019 à 10:33 - Mise à jour le 23/07/2019 à 15:56
Lecture 2 minutes

La dernière session du programme Maitai Sport Santé s’est à peine achevée que les candidatures pour la prochaine se multiplient. Le concept : pendant 4 mois, un programme adapté à chaque candidat leur permet de faire du sport en toute sécurité et d’en tirer tous les bénéfices. Un concept qui pourrait être repris par la Délégation aux Outre-mer de l'Assemblée nationale afin de le proposer aux autres outre-mer.

Lancé en 2017, le programme Maita’i Sport Santé attire de plus en plus de personnes à la recherche d’une activité sportive adaptée à leur état de santé. Des séances simples et ludiques afin de déclencher chez les patients l’envie de se dépenser et par la même occasion améliorer leur santé.

“Tous les exercices sont adaptés, explique Benjamin Hinniger, coach sportif du programme. Au fur et à mesure, les patients se connaissent, donc ils savent les adapter eux-mêmes. Mon rôle est de les rendre autonomes dans la pratique du sport, pour qu’ils continuent.”

Le sport devient un outil thérapeutique conseillé par les médecins. Cependant le programme Maita’i Sport Santé reste un dispositif transitoire vers une pratique régulière des activités physiques pour lequel chaque patient n’a droit qu’à deux sessions.

La dernière session vient de s’achever. La prochaine campagne démarrera à la rentrée d’août. Benjamin souhaite d’ailleurs ouvrir les inscriptions aux personnes atteintes d’une maladie qui ne figure pas dans la liste des personnes éligibles au programme.

« On va vous piquer plein de choses que vous avez mis en place et qui semblent fonctionner très bien »

Maud Petit, vice-présidente de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale et députée du Val-de-Marne
Maud Petit. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La vice-présidente de la Délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale, Maud Petit, est en Polynésie pour une mission sur le sport et la santé. Invitée sur notre plateau, elle a confié avoir “découvert” au fenua “des programmes sur le sport et la santé extraordinaires et que je n’ai pas encore découverts ailleurs en outre-mer et même pas en métropole. J’ai fait beaucoup d’auditions depuis mardi dernier, où je suis arrivée, et on va vous piquer plein d’idées, plein de choses que vous avez mis en place depuis 2017 notamment, et qui semblent fonctionner très bien.”

En marge de cette mission polynésienne, elle nous apprend que des auditions sont également menées à Paris, “et elles doivent se poursuivre jusqu’au mois d’octobre où on va rendre un rapport. (…) Et ce que nous aurons observé ici, on va pouvoir peut-être le dupliquer, le proposer pour les autres territoires et départements d’outre-mer. C’est le but de la mission.”

Quant à savoir comment ce type de programme pourrait pérenniser dans d’autres outre-mer avec les moyens dont ils disposent, celle qui est aussi députée du Val-de-Marne explique : 

“J’observe beaucoup ce que vous avez mis en place ici. Une première chose, il faut que les pouvoirs publics se sensibilisent à cette question, et c’est déjà le cas ici. Il y a plusieurs initiatives qui sont mises en place par des associations et par la CPS, comme le CPS Challenge. Tout ça mérite d’être financé. Il y a quelque chose de très intéressant qui a été fait en Polynésie, qui sera peut-être un peu plus difficilement applicable en métropole, c’est la taxation de certains produits alimentaires et avec l’argent récupéré par ces taxes, un fonds qui a été mis en place et qui permet d’alimenter des initiatives comme l’entreprise active, l’administration active et plusieurs initiatives comme le Maita’i. Donc ça c’est très important puisque votre assurance maladie permet de financer ce genre de projet et c’est peut-être par ce biais là qu’on va pouvoir y arriver ailleurs.”

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Les dangers des réseaux sociaux

Internet et les réseaux sociaux sont-ils des pièges dont les premières victimes sont les adolescents ? La question est plus que jamais d’actualité. En Polynésie, on n’échappe pas à l’utilisation intensive du Web qui peut parfois mener à des dérives. Pour éviter les pièges, la gendarmerie met régulièrement en place des actions. Les professionnels de santé se sont aussi saisis de cette problématique.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires