samedi 12 juin 2021
A VOIR

|

Qualité des eaux de baignade : Tahiti et Moorea mauvais élèves

Publié le

Publié le 29/03/2018 à 9:07 - Mise à jour le 29/03/2018 à 9:07
Lecture 2 minutes

Le contrôle de la qualité sanitaire des eaux de baignade en mer et en eau douce est réalisé par le Centre d’hygiène et de salubrité publique (CHSP). En 2017, plus de 1200 prélèvements ont été réalisés.

115 points de contrôle sur les îles de Tahiti, Moorea, Bora Bora, Raiatea, Nuku Hiva et Tubuai ont pu être classés.
 
A TAHITI

Sur les 48 points en mer ont été contrôlés, selon les conclusions du CHSP ;, 58 % sont propres à la baignade. Le rapport relève une différence « toujours marquée » entre la zone urbaine où 50 % des points sont propres à la baignade et la zone rurale où 70 % sont propres à la baignade.

Du côté de la baignade en eau douce, 20 points ont été contrôlés. Seuls 50 % d’entre eux sont propres à la baignade. Le compte-rendu indique :

« La qualité des eaux de baignade en eau douce reste très préoccupante que ce soit en zone urbaine (100% en qualité insuffisante) ou rurale (92% de qualité insuffisante). Seule la source Vaima est de qualité excellente. »
 
A MOOREA

En mer, 12 points ont été contrôlés par le CHSP. Le centre relève que 67 % d’entre eux sont propres à la baignade.
En ce qui concerne les zones de baignade en eau douce, de prélèvements ont été réalisés dans trois embouchures. Les résultats sont sans appel : elles restent impropres à la baignade.

A BORA BORA

Comme toujours, le CHSP indique que la qualité des eaux de baignade reste excellente.

A RAIATEA

La qualité des eaux de baignade en mer reste excellente. En revanche, les deux embouchures contrôlées sur Raiatea sont de qualité insuffisante.

A TUBUAI

La qualité des eaux de baignade reste excellente.

A NUKU HIVA

Les deux nouveaux points contrôlés sont propres à la baignade.

Selon le CHSP, les causes de pollution sont souvent identifiées. Pour améliorer la qualité des eaux de baignade, le centre préconise la mise en place de « mesures correctives et préventives » comme : « la collecte et le traitement de l’ensemble des eaux usées des zones urbaines par la collectivité publique ou un traitement des eaux pluviales chargées d’apports terrigènes ou autres polluants avant leur rejet. » 
 

Rédaction web 

infos coronavirus

TAHITI XTREM ARTS : Suivez en direct la première soirée de combat MMAVOIR LE DIRECT
+