vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

Punaruu : bientôt un arrêté pour interdire les « cars bass »

Publié le

À la Punaruu, les associations de propriétaires fonciers disent ne plus supporter les rassemblements de voitures "Boum Boum" le week-end qui drainent de nombreux jeunes fêtards dans la vallée. Cela conduit selon elle a une hausse des violences et de l’insécurité.

Publié le 06/09/2019 à 18:30 - Mise à jour le 08/09/2019 à 18:02
Lecture 2 minutes

À la Punaruu, les associations de propriétaires fonciers disent ne plus supporter les rassemblements de voitures "Boum Boum" le week-end qui drainent de nombreux jeunes fêtards dans la vallée. Cela conduit selon elle a une hausse des violences et de l’insécurité.

Chaque week-end, de nombreux amateurs de « cars bass » s’invitent au fond de la Punaruu. Des rendez-vous festifs sur fond de décibels poussés au maximum et où l’alcool coule souvent à flot.

Il en résulte des accidents, parfois mortels, des bagarres et des agressions comme encore récemment. Une insécurité que ne supporte plus l’association des porteurs d’oranges et celle des propriétaires fonciers de la vallée. « Maintenant, des joggeurs se font agresser. Là, on n’est plus sur un fléau de jeunes personnes qui se livrent à leur passion et s’auto-détruisent, mais qui mettent de l’insécurité, puisqu’ils installent leur règne dans la vallée en agressant les gens verbalement, physiquement. Il y a une terreur. On a peur » déplore Hina Nelly Tumahai, présidente de l’association Fatu Fenua No Te Faa no Punaruu.

Les associations disent avoir interpellé le maire à plusieurs reprises sur ce sujet, sans résultat. Du moins jusqu’à aujourd’hui, car Simplicio Lissant a annoncé travailler sur un arrêté qui entrera en vigueur dans une quinzaine de jours. Le texte devrait purement et simplement interdire les rassemblements de « cars bass » dans la vallée. « On va médiatiser pour informer tous les usagers, et on déploiera derrière les moyens qu’il faudra pour l’application de cet arrêté. (…) Il faudra de toute façon interdire l’activité. Ou en tous les cas, proposer derrière, peut-être, quelque chose qui soit cadré. Le problème, c’est que l’activité n’est pas du tout cadrée ce qui engendre des débordements à tout-va » explique Simplicio Lissant, maire de Punaauia.

Cette mesure était attendue par les associations, mais tant qu’elle n’entrera pas en vigueur, ces dernières seront dans l’expectative. « Pour l’instant, la sécurité n’est pas là. Moi, je suis dans l’instant présent » poursuit Hina Nelly Tumahai.

D’ici à l’entrée en vigueur de l’arrêté, la présence des mutoi et des gendarmes sera renforcée dans la vallée durant les week-ends. À plus long terme, la mairie envisage de réinstaller des barrières pour filtrer l’accès de la Punaruu.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une formation au codage va ouvrir aux Marquises

Ce projet, porté conjointement par le ministère en charge des solidarités, vise à constituer un premier vivier de compétences pour les métiers du...

Virus : panique en Australie, le papier toilette à...

Des supermarchés australiens ont de nouveau imposé des limites au nombre de rouleaux de papier toilette pouvant être achetés, en raison d'une nouvelle fièvre d'achats par des clients paniqués face au regain de cas de coronavirus à Melbourne.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV