jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Punaauia : une fourrière pour les chiens errants d’ici 2017

Publié le

Publié le 20/07/2015 à 13:05 - Mise à jour le 20/07/2015 à 13:05
Lecture 2 minutes

La première fourrière avec incinérateur de Polynésie française devrait voir le jour d’ici 2017 dans la vallée de la Punaaruu pour les communes de Punaauia et Paea. « Le projet ne date pas d’aujourd’hui. Cela fait déjà 5 ans que nous réfléchissons à mettre en place une fourrière. Au départ, nous étions 4 communes : Faa’a, Punaauia, Paea et Papara. Aujourd’hui nous ne sommes plus que deux communes dans ce projet. Dernièrement, nous avons pu obtenir du FIP (Fonds intercommunal de péréquation, NDLR) un cofinancement de l’ordre de 53 millions de Fcfp sur un projet qui va coûter 66 millions de Fcfp. 20% seront à la charge des deux communes », explique Ronald Tumahai, maire de Punaauia. 

Avec le Code général des collectivités territoriales (CGCT), les communes ont l’obligation de lutter contre la divagation des animaux domestiques. « Nous sommes obligés de mettre en place cette fourrière avec un incinérateur puisque le CGCT est applicable. Des discussions seront mises en place avec les associations. Mais nous serons obligés de les euthanasier », déclare Layana Atae, présidente du syndicat intercommunal pour la gestion de la fourrière animale (SIGFA). 
Arue et Papeete sont déjà en règle. Ces communes ont toutes deux choisi de créer des chenils.  

De nombreux animaux sont régulièrement abandonnés. Plusieurs associations tentent de leur trouver un foyer ou tout au moins de les stériliser. Mais le problème reste entier. Certains chiens errants sont mal en point, d’autres, agressifs. « Le premier objectif : c’est de pouvoir capturer les animaux à risque pour la population, et également les animaux en mauvaise santé », détaille le maire de Punaauia. 

Une fois capturés par les agents des communes de Paea et Punaauia, les animaux seront enfermés 8 jours, le temps de contacter leur éventuel propriétaire. Passé ce délai, ils seront euthanasiés, et leur cadavre incinéré. 

Rédaction Web (Interview : Thomas Chabrol)

Ronald Tumahai, maire de Punaauia

Layana Atae, présidente du SIGFA

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : plusieurs dizaines de nouveaux cas en Polynésie

Depuis l'annonce d'un cas confirmé au restaurant Piment rouge et la multiplication des tests, les médias attendaient une communication officielle. Aucun communiqué...

Réactivation de la prime à la voiture propre

Dans le cadre du Plan de relance porté par le Vice-président de la Polynésie française, le Conseil des ministres a approuvé la réactivation du dispositif de prime à la voiture propre par lequel le Pays attribue à toute personne désireuse d’acquérir un véhicule automobile neuf en échange de son ancien véhicule, une aide dont le montant varie selon le mode de motorisation et de la quantité de dioxyde de carbone émise.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV