A VOIR

|

Protocole d’accord signé, la grève est levée

Publié le

Les négociations ont repris en fin d'après-midi à la vice-présidence, un accord a été trouvé entre les pompiers des aérodromes territoriaux grévistes et le pays et un protocole a finalement été signé.

Publié le 02/10/2022 à 19:39 - Mise à jour le 03/10/2022 à 12:05
Lecture 2 minutes

Les négociations ont repris en fin d'après-midi à la vice-présidence, un accord a été trouvé entre les pompiers des aérodromes territoriaux grévistes et le pays et un protocole a finalement été signé.

La grève aura duré trois jours. Et c’est cet après-midi aux alentours de 15 heures que les négociations ont repris pour finalement aboutir à un accord “gagnant-gagnant” selon le syndicaliste Jean-Paul Urima, en début de soirée. Selon le vice-président et les représentants syndicaux de la F.R.A.P.P (Fédération de rassemblement des agents des administrations de Polynésie)et du S.P.A.D.A.C (Syndicat des pompiers d’aérodromes et agents adhérents de la direction de l’aviation civile de Polynésie française) les négociations du jour se sont déroulées dans un esprit de conciliation; Leur objectif étant de permettre aux vols interinsulaires de reprendre. D’un côté comme de l’autre, on affiche la satisfaction d’avoir pu discuter les 9 points de revendication pour leur trouver une solution.

C’est le premier point du préavis, celui concernant les “indemnités de sujetions spéciales” qui bloquait jusqu’ici. Il a finalement été décidé qu’une commission serait mise en place pour étudier la situation spécifique des chefs d’aérodrome et des personnels du S.S.L.I.A (service de sauvetage et de lutte contre l’incendie des aéronefs sur les aérodromes). Cette commission sera composée de 5 membres et sera présidée par le vice-président de la Polynésie. Des agents de l’administration territoriale et des représentants des pompiers d’aérodromes viendront la compléter.

La commission a jusqu’au 15 janvier 2023 pour proposer une solution aux problématiques des ces personnels des aérodromes gérés par le pays. Pour Gérard Barff de la S.P.A.D.A.C, la mise en place d’une commission est la meilleure solution. Elle permettra de justifier ces primes selon la responsabilité de chacun et selon les risques encourus.

Concernant les agents à mi-temps, il est question de les affecter à certains travaux d’entretien des aérodromes, ce qui permettrait de leur proposer un contrat à plein temps.

Les adjoints au chef du service de sauvetage et de lutte contre l’incendie des aéronefs sur les aérodromes devront compléter leur formation pour être capable de le suppléer.

Tous les vols devraient pouvoir reprendre dès demain a annoncé le vice-président Jean-Christophe Bouissou.