vendredi 10 juillet 2020
A VOIR

|

Protection sociale généralisée : A Ti’a i Mua fait le point sur ses propositions

Publié le

Publié le 17/01/2018 à 15:06 - Mise à jour le 17/01/2018 à 15:06
Lecture 2 minutes

Pour et contre la réforme de la Protection sociale généralisée (PSG), en même temps. Ce jeudi, la confédération syndicale A Ti’a i Mua a organisé une conférence de presse pour présenter ses propositions concernant la réforme de la PSG.

Les membres du syndicat en ont profité pour rappeler qu’ils n’étaient pas solidaires de l’intersyndicale.

Pour A Ti’a i Mua, la réforme de la retraite est nécessaire et « doit se réaliser dans le cadre de la réforme globale de protection sociale généralisée incluant la maladie, la retraite, la famille, la solidarité, comme exprimé dans le courrier commun des partenaires sociaux […] »

Dimitri Pitoeff, secrétaire général adjoint, précise :

« Nous sommes pour la réforme de la PSG et de la retraite particulièrement parce que les comptes de la retraite sont déséquilibrés depuis 2008. Nous sommes en train de manger toutes les réserves. Fin 2019, si on ne fait rien, il n’y aura pas assez de cotisations pour verser les pensions et il faudra baisser toutes les pensions, à la fois de ceux qui sont à la retraite et de ceux qui partiront à la retraite. »

Le syndicat veut que la réforme se fasse et a présenté ses propositions. Entre autres, il souhaite un allongement de la durée de cotisation, le maintien de l’âge de la retraite à 60 ans en 2019 et porter progressivement à 62 ans ou encore adosser l’âge du minimum vieillesse sur l’âge légal de la retraite. Mais pour la confédération : impossible d’accepter le projet du gouvernement. Dimitri Pitoeff déclare :

« C’est très brutal. Il y a des gens qui vont perdre jusqu’à 30 000 francs sur leur pension et c’est inacceptable socialement et puis c’est antiéconomique. On ne veut pas supprimer le pouvoir d’achat des retraités et les plonger en dessous des seuils de pauvreté. »

Pour ce dernier, c’est aux partenaires sociaux de présenter des solutions et au gouvernement de reprendre la main.  

Autre point de désaccord pour A Ti’a i Mua avec le projet de loi : que l’ensemble des pouvoirs sur la retraite soit confié au conseil des ministres. Le secrétaire général adjoint précise :

« Les élus de l’APF doivent prendre leurs responsabilités. Le conseil des ministres doit faire les ajustements. »

A Ti’ i Mua souhaite la création du comité d’orientation et de suivi des retraites (COSR). Un autre point que l’intersyndicale désapprouve.

Rédaction web avec Jeanne Tinorua 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

100 personnes sur le dernier vol de continuité territoriale

500 personnes souhaitant rentrer en Polynésie française ont été contactées pour ce dernier vol. Au final, 100 personnes ont répondu favorablement et sont arrivées hier soir à Tahiti par le neuvième et dernier vol de continuité territoriale affrété par l’État et opéré par la compagnie Air Tahiti Nui, en provenance de Paris CDG, via Vancouver.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV