samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Protection des oiseaux aux Gambier : le combat continue

Publié le

Publié le 28/08/2018 à 8:59 - Mise à jour le 28/08/2018 à 8:59
Lecture 2 minutes

Que deviennent les espèces patrimoniales des Gambier ? Les chercheurs de Manu-Sop de Polynésie française travaillent depuis trois ans sur le projet Resccue et Best dans cet archipel. Leur objectif : lutter pour la sauvegarde des espèces d’oiseaux sauvages de Polynésie.

Il y a peu, ils se sont rendus sur les îles de Manui, Makaroa et Kamaka qui ont fait l’objet d’une dératisation pour faire le point sur l’évolution des espèces. Thomas Ghestemme, chercheur pour l’association, précise : « Le suivi des espèces, des pétrels : le principe c’est de faire des carrés que l’on va suivre régulièrement pour voir l’évolution et constater s’il y a de nouvelles évolutions qui viennent dans les carrés… »  

Aux Gambier, il existe de nombreuses espèces de pétrels et de puffins qu’on ne peut trouver ailleurs. Ces oiseaux marins nocturnes nichent sous terre et forment le patrimoine exceptionnel de ces îles. Leur protection est primordiale.  Thomas Ghestemme ajoute : « Tout le sud des Gambier a vraiment une richesse exceptionnelle. Aux Gambier, il y a seulement deux îles sur les quatre où il n’y a jamais eu de rats. Il faut empêcher le retour de ces espèces nuisibles. S’il n’y a plus d’oiseau, cela va être difficile de trouver les bancs de poissons… »

Aujourd’hui débarrassés des rats, les oiseaux doivent toujours lutter contre la fourmi folle jaune. Une espèce invasive qui secrète de l’acide formique comme venin.

L’association tente d’éradiquer la menace depuis le mois de mars et compte bien poursuivre ses actions pour la protection des oiseaux des Gambier. Le chercheur lance un appel : « Il faut que les gens prennent conscience que ces oiseaux peuvent disparaître. Tous les oiseaux terrestres ont déjà disparu. »
 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Ruamutu Vanaa

infos coronavirus