jeudi 9 avril 2020
A VOIR

|

Projet Route du sud : un grand rassemblement à Paea

Publié le

Samedi, à 16 heures, avait lieu une grande réunion publique dans la vallée de Orofero. Une centaine de riverains de Paea se sont rassemblés pour contester le projet Route du Sud.

Publié le 08/09/2019 à 9:26 - Mise à jour le 08/09/2019 à 18:00
Lecture 2 minutes

Samedi, à 16 heures, avait lieu une grande réunion publique dans la vallée de Orofero. Une centaine de riverains de Paea se sont rassemblés pour contester le projet Route du Sud.


La population de Paea se lève contre le projet Route du Sud (lire notre article ICI). Samedi, une grande réunion publique était organisée, à l’initiative de plusieurs familles du quartier. Une centaine de riverains avait répondu présents : des familles pour la plupart très inquiètes, et en colère par rapport au projet du gouvernement du Pays. Jean-Claude Hapairai , le premier Maire adjoint de la commue était également là.

« En gros, il [le ministre de l’Équipement] m’a dit que parmi toutes les solutions pour développer la Presqu’île, c’est la seule qui existe. Ils ont cherché d’autres solutions, mais elles sont plus coûteuses. Il m’a aussi dit que par rapport au projet Te Ara Nui, le projet de la Route du Sud est plus modeste. Cela veut dire qu’ils ont réduit considérablement les emprises touchées » a expliqué Teddy Tehei, organisateur de la réunion. Concernant les alternatives possibles de relogement, il explique : « il n’y a aucun certitude à l’heure actuelle, par contre, le ministre m’a dit qu’il chercherait des terrains inoccupés -dans la commune tout d’abord, et qu’il proposera des échanges de terrains avec les propriétaires terriens touchés ». « Il nous a dit que ce (la mise en place du projet, NDLR) n’était pas pour tout de suite, que les travaux se feront dans 10 à 15 ans, mais forcément, il y a tout d’abord une procédure d’expropriation qui sera mise en œuvre avant d’arriver aux travaux » a poursuivit Teddy.

« Est-ce qu’il faut se mobiliser au sein d’une association ? D’autres nous proposent de plutôt se mobiliser au sein des collectifs… Donc on va examiner les solutions, mais en tous les cas, pour se faire entendre, on sait qu’il faut se regrouper. (…) La difficulté pour nous, en fait, c’est que ce projet est inscrit dans le projet de révision du PGA, et qu’à l’occasion de l’enquête publique concernant la révision du PGA, un commissaire-enquêteur viendra à la mairie de Paea (du 16 au 21 septembre, NDLR) pour prendre en compte nos avis et observations. Il faut mobiliser le maximum de personnes, pour que tous ceux qui sont contre ce projet se manifestent et aillent rencontrer en personne ce commissaire-enquêteur, et remplir le cahier de doléances (…) On pense que la commune va nous soutenir dans notre démarche » a-t-il conclut.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : bac, brevet, BEP… les élèves évalués via...

Une première pour une "situation exceptionnelle" : le baccalauréat et le brevet seront cette année uniquement évalués en contrôle continu en raison de l'épidémie de coronavirus, alors que nul ne sait quand une reprise des cours aura lieu. Les élèves de BEP, CAP et BTS seront aussi évalués via le contrôle continu.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV