samedi 24 octobre 2020
A VOIR

|

Projet Route du sud : un grand rassemblement à Paea

Publié le

Samedi, à 16 heures, avait lieu une grande réunion publique dans la vallée de Orofero. Une centaine de riverains de Paea se sont rassemblés pour contester le projet Route du Sud.

Publié le 08/09/2019 à 9:26 - Mise à jour le 08/09/2019 à 18:00
Lecture 2 minutes

Samedi, à 16 heures, avait lieu une grande réunion publique dans la vallée de Orofero. Une centaine de riverains de Paea se sont rassemblés pour contester le projet Route du Sud.


La population de Paea se lève contre le projet Route du Sud (lire notre article ICI). Samedi, une grande réunion publique était organisée, à l’initiative de plusieurs familles du quartier. Une centaine de riverains avait répondu présents : des familles pour la plupart très inquiètes, et en colère par rapport au projet du gouvernement du Pays. Jean-Claude Hapairai , le premier Maire adjoint de la commue était également là.

« En gros, il [le ministre de l’Équipement] m’a dit que parmi toutes les solutions pour développer la Presqu’île, c’est la seule qui existe. Ils ont cherché d’autres solutions, mais elles sont plus coûteuses. Il m’a aussi dit que par rapport au projet Te Ara Nui, le projet de la Route du Sud est plus modeste. Cela veut dire qu’ils ont réduit considérablement les emprises touchées » a expliqué Teddy Tehei, organisateur de la réunion. Concernant les alternatives possibles de relogement, il explique : « il n’y a aucun certitude à l’heure actuelle, par contre, le ministre m’a dit qu’il chercherait des terrains inoccupés -dans la commune tout d’abord, et qu’il proposera des échanges de terrains avec les propriétaires terriens touchés ». « Il nous a dit que ce (la mise en place du projet, NDLR) n’était pas pour tout de suite, que les travaux se feront dans 10 à 15 ans, mais forcément, il y a tout d’abord une procédure d’expropriation qui sera mise en œuvre avant d’arriver aux travaux » a poursuivit Teddy.

« Est-ce qu’il faut se mobiliser au sein d’une association ? D’autres nous proposent de plutôt se mobiliser au sein des collectifs… Donc on va examiner les solutions, mais en tous les cas, pour se faire entendre, on sait qu’il faut se regrouper. (…) La difficulté pour nous, en fait, c’est que ce projet est inscrit dans le projet de révision du PGA, et qu’à l’occasion de l’enquête publique concernant la révision du PGA, un commissaire-enquêteur viendra à la mairie de Paea (du 16 au 21 septembre, NDLR) pour prendre en compte nos avis et observations. Il faut mobiliser le maximum de personnes, pour que tous ceux qui sont contre ce projet se manifestent et aillent rencontrer en personne ce commissaire-enquêteur, et remplir le cahier de doléances (…) On pense que la commune va nous soutenir dans notre démarche » a-t-il conclut.

infos coronavirus