mardi 2 juin 2020
A VOIR

|

Projet aquacole de Hao : les associations de protection de l’environnement s’interrogent

Publié le

Publié le 22/03/2018 à 10:54 - Mise à jour le 22/03/2018 à 10:54
Lecture 2 minutes

A Hao, le chantier pour la ferme aquacole a débuté. Le projet devient concret après plusieurs années de discussion. Mais pour les associations environnementales, plusieurs zones d’ombres restent à éclaircir.

Ce vendredi, la Fédération des associations de protection de l’environnement (Fape) s’interroge des conséquences sur terre et sur mer d’une telle installation. Elle souligne dès les premières lignes :

« Des études, articles et expériences vécues dans le monde démontrent que l’aquaculture industrielle peut être très polluante et destructrice des milieux marins. »
 
Dans cette future ferme aquacole, les investisseurs chinois envisagent d’élever « 50 000 tonnes des poissons par an ». Des chiffres prévisionnels qui inquiètent les associations de protection de l’environnement.

« […] l’impact de ces élevages sur les écosystèmes fragiles des atolls restent méconnus. »
 

L’étude d’impact de près de 400 pages réalisée en 2016 n’est pas satisfaisante. Installations au sol, évacuations ou encore alimentation des poissons en cage : dans son communiqué, la Fape énumère ses questionnements.
 
« A notre connaissance, ni les promoteurs du projet, ni les pouvoirs publics n’ont fourni d’éléments à ce jour, autres que des déclarations d’intention, permettant de garantir une aquaculture durable. »
 
La Fape souhaite que le gouvernement mette en place différentes choses :

1) Une expertise scientifique indépendante sur l’utilisation des lagons à des fins d’élevage;

2) Une étude d’impact global qui inclut les impacts de l’engraissement des poissons dans le ou les lagons concernés;

3) Une étude préliminaire pour connaître l’état zéro du lagon avant exploitation;

4) Enfin, il nous parait indispensable d’adjoindre à ce projet aquacole, un comité de suivi scientifique, constitué notamment avec les compétences présentes en Polynésie française (DRMM, Criobe, Ifremer, IRD, UPF…) qui ont des années d’expérience sur les écosystèmes marins polynésiens et sur l’aquaculture locale.
 
« Nous pensons que ces mesures seront de nature à rassurer la population quant à l’avenir des Tuamotu et espérons qu’elles seront intégrées dans les programmes des candidats lors des prochaines échéances électorales. »

Rédaction web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV