samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Procès Air Moorea : les théories passées en revue

Publié le

Publié le 14/10/2018 à 14:58 - Mise à jour le 14/10/2018 à 14:58
Lecture 2 minutes

Malaise du pilote, avarie technique, erreur de pilotage… Le tribunal a tenté, ce lundi matin, de refermer des portes quant aux causes du crash du Twin Otter. La défense a fait citer plusieurs experts dont deux anciens pilotes-instructeurs de la compagnie. Et aucun n’a affiché de certitude. Si ce n’est que selon eux, même avec la rupture du câble de gouverne, l’avion reste manœuvrable si le pilote joue sur le compensateur, aussi appelé Trim. Comme le soutient Jean-François Lejeune, ancien pilote-instructeur d’Air Moorea. « Si l’avion est équilibré, donc trimé, il peut continuer sur sa trajectoire, explique-t-il. Il y a une gouverne primaire et une gouverne secondaire ; et la gouverne secondaire peut entraîner la gouverne primaire. »

> Des théories et des doutes

Pour les avocats de la défense, le doute demeure sur les raisons du crash. Et il doit profiter aux prévenus. Mais du côté des parties civiles, les explications des témoins cités par la défense n’ont pas convaincu. « On essaie de nous expliquer qu’on pouvait récupérer l’avion alors qu’il a commencé à chuter à une altitude de 90 mètres, ce qui représente un tiers de la tour Eiffel, confie Me Etienne Rosenthal, l’avocat de familles de victimes. Que malgré sa masse et le fait qu’il s’agit d’un petit avion de ligne, on pouvait le récupérer. Personnellement, je n’y crois pas, et je pense que le seul fait d’affirmer que le contre-trim pour agir sur un aileron permettait de rectifier une rupture de câble en plein vol, c’est de la théorie. Aucun exercice de ce type n’a pu être fait à cette altitude pour le vérifier. »
 
Dans l’après-midi, un expert judiciaire indépendant a d’ailleurs estimé que ça aurait été « un exploit » que le pilote parvienne à récupérer l’appareil à une si faible altitude.

> Polémique au sujet d’un expert

La journée a également donné lieu à une nouvelle polémique. Des proches de victimes auraient eu des contacts ces dernières années avec Jean-François Lejeune, qui leur aurait proposé ses services. Et il ne leur aurait pas tenu les mêmes propos que devant la cour. « Ce témoin semblait retenir des éléments qu’il n’a pas mis en avant lorsqu’il a approché les familles de victimes, reprend Me Rosenthal. Pour lequel la rupture était essentiellement due à la rupture du câble de gouverne et j’avoue être surpris. »
« Je n’ai pas ce souvenir, dément l’intéressé. Je connais l’avion, posez-moi des questions sur l’avion. Mais tout le reste, je ne sais pas. »
 
Mardi, des experts judiciaires se succéderont à la barre pour rendre leur conclusion sur la rupture du câble comme cause de l’accident.
 

Rédaction Web avec Jean-Baptiste Calvas et Sam Teinaore

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV