samedi 19 juin 2021
A VOIR

|

Présidence de la CAPL : « Ça fait plus de 45 ans que je cultive la terre », assure Abel Iorss

Publié le

Amélioration de la retraite pour les travailleurs du secteur primaire, développement de la production de viande locale et modification de la liste des PPN, tels sont les points évoqués dans le programme d'Abel Iorss, invité de notre plateau JT de dimanche soir. Il est le candidat de la liste "Ensemble, protégeons notre terroir et nos ressources lagonaires" pour la présidence de la chambre d'agriculture et de pêche lagonaire.

Publié le 07/06/2021 à 9:59 - Mise à jour le 07/06/2021 à 10:00
Lecture < 1 min.

Amélioration de la retraite pour les travailleurs du secteur primaire, développement de la production de viande locale et modification de la liste des PPN, tels sont les points évoqués dans le programme d'Abel Iorss, invité de notre plateau JT de dimanche soir. Il est le candidat de la liste "Ensemble, protégeons notre terroir et nos ressources lagonaires" pour la présidence de la chambre d'agriculture et de pêche lagonaire.

L’une de vos ambitions, c’est d’assurer une meilleure retraite aux agriculteurs ?
« Oui, si toutefois je suis élu, je vais trouver un moyen pour améliorer la retraite de ceux qui vivent du secteur primaire car à l’heure actuelle, leur retraite est vraiment très minime ».

Vous souhaitez modifier la liste des PPN, pourquoi ?
« Il faut revoir la liste des produits PPN parce qu’il y a beaucoup de produits qui coûtent très chers. Et une fois que nos produits arrivent sur le marché, beaucoup disent que nos produits coûtent très chers ».

Selon vous, les îles pourraient produire plus de viande. Qu’est-ce qu’il faudrait changer pour ça ?
« Moi j’ai sillonné plusieurs fois les îles. Tu vois qu’il y a beaucoup d’élevages de bovins, de porcs et de cabris. Donc en mettant en place des abattoirs dans les îles, on pourrait satisfaire la consommation locale au lieu d’ouvrir les importations ».

Autre point de votre programme, vous souhaitez créer des voies d’accès aux terres agricoles, de quoi s’agit-il ?
« Il y a beaucoup de propriétaires terriens qui veulent exploiter [ndlr : leur terre], n’ont pas les moyens, ne veulent pas payer du matériel lourd pour tracer leur route, nettoyer leur terrain et autres ».

Qu’est-ce qui vous distingue de Thomas Moutame et Yvette Temauri, les deux autres candidats en lice ?
« Je veux pas trop les critiquer mais bon. Il y a trois candidats, trois listes. Il y en a une, la présidente, on sait comment elle est. L’autre candidat, c’est politique. Il appelle tous les maires à voter pour lui. Et nous, on vit du secteur primaire, ça fait plus de 45 ans que je cultive la terre. Je ne suis jamais tombé malade au niveau des pesticides, parce que je respecte les traitements et les doses, donc il y a une formation à donner aux agriculteurs ».

infos coronavirus