samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

Premier market drive : razzia sur les fruits et légumes

Publié le

Acheter ses fruits et légumes en restant dans sa voiture, c’est le concept que propose le Market Drive. Les points de vente situés à Punaauia et Pirae ont rencontré un franc succès. A l’initiative du projet, il y a le ministère de l’Economie verte, la direction de l’Agriculture, la chambre de l’Agriculture et de la pêche lagonaire, ainsi que les communes de Punaauia et Pirae. L’objectif du concept, valoriser les produits locaux.

Publié le 31/03/2020 à 19:08 - Mise à jour le 01/04/2020 à 9:30
Lecture 2 minutes

Acheter ses fruits et légumes en restant dans sa voiture, c’est le concept que propose le Market Drive. Les points de vente situés à Punaauia et Pirae ont rencontré un franc succès. A l’initiative du projet, il y a le ministère de l’Economie verte, la direction de l’Agriculture, la chambre de l’Agriculture et de la pêche lagonaire, ainsi que les communes de Punaauia et Pirae. L’objectif du concept, valoriser les produits locaux.

À Punaauia, le market drive a reçu ses premiers clients vers 6 heures du matin. Comme tout service drive, la formule reste la même. Confinés dans l’habitacle de leur voiture, les clients passent commande et en bout de chaîne, règlent la note pour récupérer fruits et légumes. Une initiative en phase avec les préoccupations actuelles : « J’avais une sacré liste : aubergines, concombres, courgettes, tomates, salade… », nous dit une cliente. « Il y a plein de choses qui sont parties alors que ça ne fait qu’une heure que c’est ouvert », regrette une autre.

À 250 Fcfp le kilo d’aubergine ou encore à 300 Fcfp le kilo de concombre, les prix restent attractifs. Venus de Papara et de Taravao, les agriculteurs arrivent ainsi à vendre leurs produits : « On a trouvé au moins une chose pour gagner de quoi nourrir nos familles. (…) On vend dans les magasins aussi mais les commandes sont faibles. Ce n’est pas comme d’habitude, à cause du virus », explique l’un d’eux.

Cette première journée de vente sert avant tout de phase de test pour la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire. L’objectif vendredi prochain, réitérer le succès actuel avec plus de producteurs et de produits. « On a eu beaucoup plus de voitures que prévu. Donc vendredi, on aura beaucoup de productions des îles. (…) On a aussi des mamas qui vendaient au marché et qui ne pouvaient plus, qui viennent. Maintenant, tous ceux qui n’arrivent plus à vendre en bord de route ou au marché, vous avez la possibilité de vendre ici, donc contactez la chambre de l’agriculture. On fera le maximum pour intégrer dès vendredi, et pourquoi pas dans d’autres communes, si ça continue de marcher comme aujourd’hui » déclare Marc Fabresse, responsable technique à la chambre de l’agriculture et de la pêche lagonaire (CAPL).

Du côté de Aorai Tini Hau, au parking des roulottes, à Pirae, le succès était également au rendez-vous. Car pendant la période de confinement, il est aussi important de manger des fruits et légumes, de consommer local.

Retrouvez notre reportage et l’interview de Marc Fabresse à partir de 7min56 :

Le Journal du 31/03/2020

Le Journal du 31/03/2020

Posted by TNTV Tahiti Nui Télévision on Tuesday, March 31, 2020

« Notre chiffre qu’on avait prévu a été triplé, donc c’est très positif, cela veut dire que le système fonctionne et qu’on va pouvoir l’améliorer. On a vu avec cette phase de tests toutes les faiblesses. Et là, tous ensemble, on est en train de réfléchir à tous les systèmes qu’on peut mettre en place pour faciliter l’écoulement, la fluidité, et surtout comment approvisionner plus de produits en plus grande quantité parce que la demande est là. En deux heures, on avait tout écoulé ! On remercie la population d’être venue. (…) Cela aide et les agriculteurs et les consommateurs, à consommer des produits frais pas trop loin de leur domicile, sans prendre aucun risque (…) On espère que vendredi tous les points faibles seront améliorés » ajoute Marc Fabresse. « Beaucoup de gens ont fait des dons aussi, ce qui va nous permettre de distribuer des paniers dans des familles dans certaines communes » raconte-t-il.

Dans ce contexte de crise sanitaire, le slogan Manger Local, relève d’une importance plus accrue, puisqu’il est question désormais de la survie d’un secteur primaire en difficulté.

La carte des distributeurs de légumes locaux en période de confinement est à retrouver en cliquant ICI

Article précédentTe ve’a du 31 mars 2020
Article suivantLe journal du 31 mars 2020

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Femme mordue par un requin : le shark feeding...

L'attaque de requin qui se serait produite la semaine dernière au lieu-dit de la "Vallée Blanche" aurait pu passer inaperçu si la victime n’avait porté plainte. D’autant que l’accident se serait produit lors d’une session de shark feeding, une pratique absolument interdite au fenua.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV