samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Premier cas présumé de chikungunya à Tahiti

Publié le

Publié le 27/05/2014 à 14:25 - Mise à jour le 27/05/2014 à 14:25
Lecture < 1 min.

Zika, dengue… Les moustiques transmettent beaucoup de maladies. Jusqu’alors la Polynésie française avait été épargnée par le chikungunya. La maladie est déjà arrivée en Nouvelle-Calédonie et il semble qu’elle ait finalement atteint Tahiti.
Les analyses de la dame présumée porteuse du chikungunya sont en cours. Les instances sanitaires attendent la confirmation avant de déclarer officiellement le premier cas de chikungunya.
La malade habite Arue. Elle voyage souvent et revient d’un séjour en Guadeloupe. Elle est allée chez le médecin en début de semaine et elle a eu une prise de sang. Si ce premier cas de chikungunya est confirmé, son quartier sera dégité dès demain jeudi 29 mai à titre préventif. Il sera traité, avec une zone de 150 mètres alentours, vendredi 30 mai.
Une très grave épidémie a eu lieu sur l’île de La Réunion en 2005. Des formes compliquées de chikungunya qui avaient été constatées. Elles peuvent occasionner des séquelles à vie et même tuer.
La Polynésie française a déjà réfléchi à l’arrivée d’un tel virus il y deux semaines (lire l’article). Elle avait en effet organisé une réunion Retex (retours d’expériences), suite aux épidémies de dengue et de zika. Cette équipe était notamment composée de Julien Thiria, chef du service de lutte anti-vectorielle à La Réunion lors de l’épidémie de chikungunya de 2005-2006.

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.