mercredi 16 juin 2021
A VOIR

|

Pollution à Maupiti : la commune sera poursuivie en correctionnelle

Publié le

Publié le 04/10/2016 à 8:33 - Mise à jour le 04/10/2016 à 8:33
Lecture 2 minutes

Le maire de Maupiti, Woollingson Raufauore, était cité à comparaître jeudi dernier à Bora Bora lors d’une audience décentralisée du tribunal correctionnel. Le maire de la commune des îles sous le vent était poursuivi pour « jet et déversement de substances polluantes dans les eaux de mer ».

En effet, face au problème des déchets qui s’accumulent dans l’île, le maire avait décidé en 2014, de creuser un trou dans une lagune qui communique avec la mer et d’y enfouir des ordures ménagères. Une méthode qui avait fait scandale à l’époque et provoqué la colère des riverains.

Constatée par les gendarmes, l’infraction au code de l’environnement a valu un renvoi en correctionnelle du maire. Mais, lors de l’audience, le tribunal a estimé que c’était la personne morale de la commune, et non la personne physique de Woollingson Raufauore, qui devait être poursuivi et a donc annulé la citation.

Selon nos informations, Woollingson Raufauore avait été poursuivi car c’est lui qui avait donné les instructions pour la réalisation de cette décharge sauvage. Mais le parquet devrait reformuler assez vite une nouvelle citation de la personne morale de la mairie. Et, selon l’article LP – 130-6 du code de l’environnement ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour Maupiti.

En effet, pour les personnes physiques, la peine maximale prévue est de deux ans de prison ferme et 8,9 millions de francs d’amende. Si c’est une personne morale, l’amende peut être multipliée par cinq… Et nul doute, qu’après les récentes décisions en matière de pollution, l’addition risque d’être salée lors de la prochaine audience.
 

Bertrand Parent

infos coronavirus