jeudi 5 août 2021
A VOIR

|

Poissons morts à Mahina et à la Punaruu : une probable pollution et un manque d’oxygène

Publié le

Publié le 25/07/2017 à 14:41 - Mise à jour le 25/07/2017 à 14:41
Lecture < 1 min.

Selon Claude Serra, ingénieur à la DIREN, « deux phénomènes différents » expliquent la mort de ces milliers de poissons.

« A Mahina, selon toute vraisemblance, le ruisseau coule et il ne manque pas d’eau. Mais depuis vendredi matin, les poissons ont commencé à mourir. Il y a dû avoir un rejet dans le réseau d’eau pluvial d’un produit toxique. Lequel ? On ne peut pas savoir. Cela peut être un pesticide ou un détergent puissant. C’est un peu de l’irresponsabilité de la part des gens. Quand ils utilisent certains produits, ils ne regardent pas les étiquettes et le rejettent dans les caniveaux qui rejoignent ensuite le ruisseau », indique celui-ci.

La situation est toutefois en train de revenir à la normale sur la zone.

Pour ce qui est de la Punaruu, la cause du problème est ici naturelle. La rivière « est au plus bas » à l’heure actuelle ce qui fait que l’eau ne se « renouvelle pas ». Il en résulte une faible oxygénation ayant causé la mort de nombreux poissons.

Reste donc ici à espérer que des pluies rehaussent le niveau du cours d’eau ou que de l’eau de mer pénètre davantage dans l’embouchure pour permettre une ré-oxygénation du milieu indispensable aux poissons.

Un Case a d’ailleurs été dépêché sur place par la commune, ce mercredi matin, pour dégager l’embouchure afin de favoriser le renouvèlement de l’eau. 

Rédaction Web avec Brandy Tevero et Tess U-Fa.

 
 

infos coronavirus