A VOIR

|

Plus d’inclusivité pour les collégiens handicapés de Tipaerui

Publié le

Un ascenseur dans un collège… c’est peut-être un détail pour vous, mais pas pour les élèves en fauteuil roulant. Le gouvernement l’a inauguré vendredi matin, pour à la veille de la journée du handicap.

Publié le 02/12/2022 à 11:01 - Mise à jour le 02/12/2022 à 16:47
Lecture 2 minutes

Un ascenseur dans un collège… c’est peut-être un détail pour vous, mais pas pour les élèves en fauteuil roulant. Le gouvernement l’a inauguré vendredi matin, pour à la veille de la journée du handicap.

Natihere est au collège depuis deux ans et elle peut maintenant accéder aux 45 salles de classes du collège, pour la plupart situées dans les étages.

Dans un établissement scolaire sans ascenseur, il faut aménager les emplois du temps pour permettre aux élèves en fauteuil roulant de suivre tous leurs cours au rez-de-chaussée… et ils n’ont pas accès aux salles équipées de matériel technique, pour les cours de sciences physiques, de technologie ou de SVT par exemple.

Les choristes et musiciens du collège ont animé la cérémonie d’inauguration – Photo : Mike Leyral

Cet ascenseur, financé par la DGEE, a coûté près de 20 millions de Fcfp. Il reste encore beaucoup à faire pour les élèves porteurs de handicap : seuls deux collèges (Arue et Tipaerui) et un lycée (Raapoto) sont équipés d’ascenseur. Un quatrième est prévu dans la rénovation du lycée Gauguin.

« On avance doucement, pas à pas, un peu trop lentement à mon avis parce que je pense que les enfants ont besoin d’être accompagnés et soutenus, et les parents ont besoin d’être informés que des établissements sont labellisés avec accessibilité » a expliqué Sandrine Dezerville, présidente de l’association des parents d’élèves du collège et maman d’une élève en fauteuil roulant.

Le gouvernement est venu inaugurer l’ascenseur et soutenir l’inclusion des élèves porteurs de handicaps, visibles ou invisibles – Photo : Mike Leyral

Les établissements équipés peuvent prétendre à une labellisation PMR. Et doivent aussi penser aux autres handicaps : le principal du collège Tipaerui, Benoît Montaubric, a rappelé que 80% des handicaps sont invisibles et qu’il faut aussi aménager les établissements scolaires pour ces élèves.