fbpx
jeudi 21 novembre 2019
A VOIR

|

“Plus de résultats et moins de polémiques” : le Gouvernement réagit à l’avis rendu par l’APC

Publié le

Dans un communiqué de presse, le gouvernement indique "n'avoir jamais porté atteinte aux missions essentielles de l’APC (Autorité polynésienne de la concurrence)".

Publié le 26/09/2019 à 16:40 - Mise à jour le 26/09/2019 à 16:56
Lecture 3 minutes

Dans un communiqué de presse, le gouvernement indique "n'avoir jamais porté atteinte aux missions essentielles de l’APC (Autorité polynésienne de la concurrence)".

“Mis en cause dans l’avis rendu par l’APC (Autorité polynésienne de la concurrence) relatif aux mécanismes d’importation et de distribution en Polynésie française pour les modifications du Code de la concurrence apportées par la loi du Pays en 2018, le Gouvernement souhaite rappeler que les missions essentielles de l’Autorité administrative indépendante n’ont, à aucun moment, été remises en cause.

Depuis l’adoption de cette loi du Pays, le président de l’APC n’a cessé de communiquer autour d’une prétendue perte d’indépendance et d’affaiblissement de ses pouvoirs de pilotage des règles de concurrence. À l’issue d’une consultation publique dont on ignore finalement combien de personnes physiques ou morales ont répondu et quelles contributions ont été apportées, l’APC revient une nouvelle fois à la charge en prétendant que la loi du Pays du 9 août 2018 a affaibli son pouvoir d’action en abrogeant l’interdiction automatique des exclusivités d’importation de marques dont disposent les importateurs-grossistes et en modifiant les règles en matière d’injonctions structurelles, « (…) ne laissant pratiquement aucune chance d’agir sur la structure actuelle des marchés pour les rendre plus concurrentiels ».

Or cette charge est sans fondement. Le rétablissement de l’autorisation a priori des exclusivités d’importation de marques est conforme aux règles généralement en vigueur dans le reste du monde. Cela n’empêche nullement l’APC de se saisir d’un problème qu’elle pourrait juger anticoncurrentiel en ce domaine, au regard de la sanction des ententes illicites ou des abus de position dominante. Si la France a choisi pour ses départements d’Outre-mer, de même que la Nouvelle-Calédonie, une approche plus interventionniste en interdisant a priori ces exclusivités, il n’est pas démontré à ce jour que cela a contribué d’une quelconque façon à la lutte contre la vie chère dans ces territoires et qu’un tel dispositif reste inapplicable en métropole.

Concernant la possibilité d’injonctions structurelles, cantonnée au secteur du commerce de détail comme en métropole ou dans les DOM, la loi du Pays d’août 2018 a précisé qu’elles ne pouvaient être activées qu’en cas d’abus de position dominante, alors que le texte prévoyait initialement de pouvoir y recourir sur la seule base de « préoccupations de concurrence », sans même qu’une position dominante (seule une part de marché de 35% était requise) ni a fortiori un abus ne soient caractérisés.

S’agissant d’une éventuelle atteinte au droit de propriété, il était normal que les règles en ce domaine soient parfaitement bordées. Rappelons à cet égard que la loi Macron a tenté, en 2015, d’importer cette version de l’injonction structurelle sans abus préalable en métropole et que la disposition a été censurée par le Conseil constitutionnel, ce qui souligne la circonspection dont il faut savoir faire preuve à l’égard de ce dispositif.

L’APC omet également de rappeler que le Conseil d’État, appelé à rendre son avis sur la validité de la loi du Pays du 9 août 2018, avait conclu que « le législateur du pays a pu, sans commettre d’erreur de droit, supprimer le pouvoir d’intervention de l’APC en pareilles circonstances [c’est-à-dire sans abus préalable], dès lors qu’il ne saurait être regardé comme ayant porté atteinte à l’une de ses missions essentielles ». Notons d’ailleurs que l’injonction structurelle n’a, à ce jour, jamais fait l’objet de la moindre application, que ce soit en métropole, dans les DOM ou en Nouvelle-Calédonie.

L’APC dispose donc de tous les outils nécessaires à la recherche et la sanction des pratiques anticoncurrentielles et à la lutte contre la vie chère. Le Code de la concurrence polynésien lui fournit même plus de possibilités d’action, notamment avec la version polynésienne des injonctions structurelles, que n’en a l’Autorité métropolitaine.

Enfin, l’APC dispose d’un budget annuel de 185 millions Fcfp, soit environ 30 millions de plus que son homologue calédonienne. Un effort conséquent du budget de la Polynésie française dont la contrepartie devrait être plus de résultats et moins de polémiques.”

Que deviennent les déchets des bateaux de plaisance ?

Sur terre ou sur la mer, le tri est un réflexe pour les éco-citoyens. Dans le cadre de la semaine de réduction des déchets, nous nous sommes intéressés aux marins qui ont choisi de vivre à bord d’un voilier. Souvent pointés du doigt et accusés de polluer les lagons, ils se défendent : ces gens de la mer prônent un mode de vie écolo.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Air Moorea : Pour les familles, les témoins-experts sont...

Le procès du crash d’Air Moorea vient de reprendre après un week-end de pause. Comme en fin de semaine, des témoins-experts cités par la défense sont venus à la barre pour mettre en doute la rupture du câble de gouverne en vol comme facteur explicatif de l’accident. Des conclusions jugées partiales pour les familles des victimes qui s’en indignent.

Miss France 2020 : les candidates sont arrivées à...

Les 30 candidates au titre de Miss France sont arrivées au fenua dimanche soir. Elles ont été accueillies par le groupe de danse O Tahiti, et par de nombreux fans. Vaimalama Chaves, Miss France 2019, était également là et accompagnera les reines de beauté durant leur séjour où elles se prépareront au concours.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X