vendredi 3 décembre 2021
A VOIR

|

Plus de 90% des jeunes sortant du RSMA trouvent un emploi

Publié le

Grâce au partenariat entre le RSMA et le syndicat mixte en charge du contrat de ville, 90% de jeunes Polynésiens sortants du régime du service militaire adapté en Polynésie française ont réussi à trouver un emploi ou une formation professionnelle. L’Etat, le Pays et les communes participent d’un commun accord à une meilleure stratégie pour la réussite professionnelle des jeunes polynésiens des quartiers prioritaires.

Publié le 01/06/2021 à 18:01 - Mise à jour le 01/06/2021 à 18:01
Lecture < 1 min.

Grâce au partenariat entre le RSMA et le syndicat mixte en charge du contrat de ville, 90% de jeunes Polynésiens sortants du régime du service militaire adapté en Polynésie française ont réussi à trouver un emploi ou une formation professionnelle. L’Etat, le Pays et les communes participent d’un commun accord à une meilleure stratégie pour la réussite professionnelle des jeunes polynésiens des quartiers prioritaires.

Plus de 90% des jeunes du RSMA trouvent un emploi ou une formation à la sortie du régiment : des chiffres qui découlent d’un partenariat entre le RSMA et le CUCS. Ce mardi matin, le colonel Christophe Soriano, chef de corps du RSMA de PF, et le président du syndicat mixte en charge du Contrat de ville, Jean-Christophe Bouissou, ont resigné une convention de partenariat.

Le syndicat mixte en charge du contrat de ville est un partenaire majeur du régiment. Il symbolise le soutien de l’Etat, du Pays et des communes. Il aide à financer les formations au profit des jeunes Polynésiens. Des formations qui devraient leur permettre une meilleure insertion professionnelle au fenua.

En contrepartie, le RSMA s’engage à prendre en charge les jeunes des quartiers prioritaires. Cette nouvelle convention vise à tisser des liens directs avec les communes pour pouvoir offrir un meilleur service et de meilleures formations à destination des jeunes, comme l’explique le colonel Soriano.

“L’objectif de ce partenariat, c’est finalement d’offrir la meilleure formation possible à nos jeunes. Ces jeunes qui viennent au régiment ont un certain nombre de difficultés d’ordre médicale, d’ordre scolaire, d’ordre professionnelle. Et pendant tout leur passage au régiment, nous allons travailler sur ces difficultés pour leur faire acquérir des compétences et les faire changer de comportement. Et ce partenariat permet justement de nouer des liens et d’avoir des financements pour permettre à ces jeunes-là d’avoir des diplômes, d’avoir des formations qualifiantes, d’acquérir des compétences qui vont leur servir quand ils auront quitter le régiment”.

infos coronavirus