lundi 3 août 2020
A VOIR

|

Plus de 4 000 collégiens passent le diplôme national du brevet

Publié le

Publié le 01/07/2019 à 13:40 - Mise à jour le 02/07/2019 à 18:40
Lecture 2 minutes

Les 174 candidats du collège Pomare IV ont commencé dès 7 h 30 ce lundi à plancher sur leur examen de français. En tout, trois heures d’épreuve pour ces élèves qui passent le premier examen de leur vie.
 
« Ce matin on a d’abord eu une épreuve de grammaire et compréhension, ensuite on a continué sur la dictée et pour terminer on a eu rédaction », explique Tamatoa, pour qui l’épreuve s’est « bien passée ».
 
Yohana, elle, a trouvé que « c’était un peu difficile, surtout pour la rédaction parce qu’il fallait écrire beaucoup de lignes, et partager par exemple les émotions qu’on a ressenti en lisant le texte… »
 
Si certains ont éprouvé quelques difficultés, pour d’autres, le brevet n’est qu’une formalité. Leur objectif : décrocher une mention. Comme Haunani, qui vise « la mention très très bien », ou Cragin, qui pensait « que ça allait être plus dur, mais en vrai c’était un peu facile ».
 
Dans cet établissement, le taux de réussite au brevet était de 77% l’année dernière. Cette année, la direction espère dépasser les 80%. Pour cela, les élèves sont suivis régulièrement comme le veut la réforme de 2016.
 
« Il faut travailler avec eux et les motiver pour qu’ils puissent réussir leurs examens, explique Mauarii Meuel, le directeur adjoint. C’est beaucoup d’engagement et beaucoup de suivi de nos élèves.
Dans le courant de l’année, ils vont avoir des épreuves blanches du DNB. La semaine dernière et la semaine d’avant, ils ont eu des semaines de révision avec un groupe d’enseignants par salle. On a pris les élèves de troisième pour leur faire réviser les différentes épreuves. »

 
L’après-midi, les élèves ont enchaîné avec les mathématiques. Ce mardi, dernier jour d’examen, ce sera au tour de l’histoire-géographie avec, une nouveauté cette année, l’épreuve de sciences de la vie et de la terre. Au total, 4 637 candidats passent le brevet cette année en Polynésie.
 
 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Esther Parau-Cordette
 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Vigneron dans le Lot, Heifara crée des « apéros hebdos »...

En métropole aussi, le tourisme est perturbé et il a fallu s’adapter à la situation. C’est le cas de Heifara Swartvagher, originaire de Taha’a, installé dans le département du Lot où il travaille la vigne. Viticulteur très implanté dans la vie locale, il a monté en famille les apéros hebdos devant ses chais, qui proposent à un public restreint de passer une soirée-concert en consommant local et en dégustant les vins de sa propriété. Et cela fait un carton.

Cyril Tetuanui reste président de la communauté de communes...

À Raiatea, le président de la communauté de communes Hava’i ne change pas : Cyril Tetuanui rempile pour un deuxième mandat. Une réélection qui n’a pas été du goût de tout le monde…

Marae Arahurahu : la famille Taiore demande une contrepartie...

À Paea sur le site bien connu du marae Arahurahu, cela fait plus d’un mois que la famille Taiore a élu domicile sur cette terre qu’elle revendique et appartenant à ce jour au pays.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV