jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Pirae récupère une parcelle militaire à Taaone

Publié le

Le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le maire de Pirae, Edouard Fritch, ont signé mardi les actes notariés formalisant la cession par l’État à la commune de Pirae d’une parcelle à Taaone, à l’euro symbolique.

Publié le 01/07/2020 à 11:34 - Mise à jour le 01/07/2020 à 14:51
Lecture 3 minutes

Le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le maire de Pirae, Edouard Fritch, ont signé mardi les actes notariés formalisant la cession par l’État à la commune de Pirae d’une parcelle à Taaone, à l’euro symbolique.

L’ancien COMSUP, ce grand bâtiment des forces armées situé à Pirae, sur la grande avenue du Général de Gaulle, a été cédé mardi à la commune, à l’euro symbolique, soit 120 Fcfp. Une opération intéressante puisque cette parcelle située en plein cœur du Taaone représente 14 835 m² et est d’une valeur estimée à 773 269 689 Fcfp.

Depuis longtemps déjà, Pirae envisage de se doter d’un grand centre-ville et c’est justement sur ce site qu’il pourrait voir le jour. « Si on veut créer de l’emploi sur Pirae, il faut créer une zone d’activité, c’est incontournable, a déclaré le maire de Pirae et président du Pays Edouard Fritch. Ce centre-ville, avec en face l’hôpital de Taaone, devrait attirer un bon nombre de sociétés sur la commune, avec pourquoi pas derrière, la création de commerces qui viendraient animer ce centre-ville. »

La surface cédée par l’Etat.

Il est d’ailleurs question de rénover le marché municipal de Pirae. « Dans les deux ans qui viennent, je me donne comme objectif de reconstruire ce marché en lieu et place de l’actuel COMSUP. Dans la conception de nos architectes, ce marché étant le point central de ce petit centre-ville, qui devrait attirer du monde avec des esplanades où les gens pourront se promener. »

Le plan identifiant le périmètre global du projet de centre-ville de la commune de Pirae.

Les financements d’ores et déjà programmés pour les travaux, porte l’accompagnement financier de l’État à hauteur de 71 529 594 Fcfp pour la commune de Pirae.

Outre les contributions financières des partenaires institutionnels, la commune de Pirae prévoit l’engagement d’une enveloppe de près de 178 millions de Fcfp pour mener à bien les premiers travaux de désamiantage, de dépollution et de déconstruction des ouvrages existants sur l’emprise.

Cette enveloppe est complétée par la prise en charge des honoraires liés à la rédaction des actes notariaux, à hauteur de 11 027 197 Fcfp, ainsi que des frais de gardiennage et d’entretien du site, pour un montant global et mensuel de 2 millions de Fcfp.

(crédit photo : mairie de Pirae)

Cette cession s’inscrit dans le cadre du Contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD) en Polynésie française. Le CRSD constitue un outil de reconversion économique majeur destiné à compenser la perte d’activité économique générée par le retrait des forces armées en Polynésie française sous forme de soutien au développement de projets sur les emprises foncière libérées dans les communes de Papeete, Faa’a, Pirae, Arue, Mahina et Taiarapu-Est. Des zones d’activités économiques ou à vocation mixte, un marché de proximité et des zones de développement touristique sont ainsi prévus sur les anciennes emprises foncières militaires qui représentent près de 22 ha estimés à environ 4,9 milliards de Fcfp.

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.