jeudi 13 août 2020
A VOIR

|

Pirae récupère une parcelle militaire à Taaone

Publié le

Le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le maire de Pirae, Edouard Fritch, ont signé mardi les actes notariés formalisant la cession par l’État à la commune de Pirae d’une parcelle à Taaone, à l’euro symbolique.

Publié le 01/07/2020 à 11:34 - Mise à jour le 01/07/2020 à 14:51
Lecture 3 minutes

Le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le maire de Pirae, Edouard Fritch, ont signé mardi les actes notariés formalisant la cession par l’État à la commune de Pirae d’une parcelle à Taaone, à l’euro symbolique.

L’ancien COMSUP, ce grand bâtiment des forces armées situé à Pirae, sur la grande avenue du Général de Gaulle, a été cédé mardi à la commune, à l’euro symbolique, soit 120 Fcfp. Une opération intéressante puisque cette parcelle située en plein cœur du Taaone représente 14 835 m² et est d’une valeur estimée à 773 269 689 Fcfp.

Depuis longtemps déjà, Pirae envisage de se doter d’un grand centre-ville et c’est justement sur ce site qu’il pourrait voir le jour. « Si on veut créer de l’emploi sur Pirae, il faut créer une zone d’activité, c’est incontournable, a déclaré le maire de Pirae et président du Pays Edouard Fritch. Ce centre-ville, avec en face l’hôpital de Taaone, devrait attirer un bon nombre de sociétés sur la commune, avec pourquoi pas derrière, la création de commerces qui viendraient animer ce centre-ville. »

La surface cédée par l’Etat.

Il est d’ailleurs question de rénover le marché municipal de Pirae. « Dans les deux ans qui viennent, je me donne comme objectif de reconstruire ce marché en lieu et place de l’actuel COMSUP. Dans la conception de nos architectes, ce marché étant le point central de ce petit centre-ville, qui devrait attirer du monde avec des esplanades où les gens pourront se promener. »

Le plan identifiant le périmètre global du projet de centre-ville de la commune de Pirae.

Les financements d’ores et déjà programmés pour les travaux, porte l’accompagnement financier de l’État à hauteur de 71 529 594 Fcfp pour la commune de Pirae.

Outre les contributions financières des partenaires institutionnels, la commune de Pirae prévoit l’engagement d’une enveloppe de près de 178 millions de Fcfp pour mener à bien les premiers travaux de désamiantage, de dépollution et de déconstruction des ouvrages existants sur l’emprise.

Cette enveloppe est complétée par la prise en charge des honoraires liés à la rédaction des actes notariaux, à hauteur de 11 027 197 Fcfp, ainsi que des frais de gardiennage et d’entretien du site, pour un montant global et mensuel de 2 millions de Fcfp.

(crédit photo : mairie de Pirae)

Cette cession s’inscrit dans le cadre du Contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD) en Polynésie française. Le CRSD constitue un outil de reconversion économique majeur destiné à compenser la perte d’activité économique générée par le retrait des forces armées en Polynésie française sous forme de soutien au développement de projets sur les emprises foncière libérées dans les communes de Papeete, Faa’a, Pirae, Arue, Mahina et Taiarapu-Est. Des zones d’activités économiques ou à vocation mixte, un marché de proximité et des zones de développement touristique sont ainsi prévus sur les anciennes emprises foncières militaires qui représentent près de 22 ha estimés à environ 4,9 milliards de Fcfp.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Diabète : faites vous dépister les 22 et 23...

L'association des diabétiques et obèses de Polynésie (ADOPF) organise un dépistage gratuit à Carrefour Punaauia les :Samedi 22 août de 7h00 à...

Port du masque obligatoire dans tous les établissements scolaires...

La ministre de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, a officiellement annoncé ce mardi matin que le port du masque allait être obligatoire dans tous les établissements scolaires de Polynésie pour les élèves à partir de la sixième.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV