vendredi 18 juin 2021
A VOIR

|

Pirae: 5 000 Fcfp pour régulariser votre concession au cimetière

Publié le

Publié le 19/11/2017 à 14:09 - Mise à jour le 19/11/2017 à 14:09
Lecture 1 min.

En 1965, date de la création du cimetière communale de Pirae, des concessions avaient été mises, à titre gracieux, à la disposition de personnes afin qu’elles puissent inhumer leurs défunts. Mais, « Les concessions sont devenus payantes depuis 2011, et aujourd’hui, de par le Code Général des Collectivités Territoriales, la situation de ces familles doivent être régularisées, afin qu’elles soient titulaires de leur concession. », explique Ramona Avaeoru Wong Kai, en charge de la régularisation des concessions à la mairie de Pirae.
 
Pour ce faire, les familles doivent fournir tous les actes de décès des défunts qui sont inhumés dans la concession. Seuls les ayants-droits des défunts pourront être titulaires de la concession. « Ils devront nous fournir soit les actes de naissance, soit le livret de famille ou l’acte de notoriété du défunt, accompagné des pièces d’identité de tous les ayants droit, ainsi qu’un justificatif de domicile. »

La grosse crainte des administrés, c’est de devoir payer une certaine somme, ce qui explique peut-être qu’il reste 623 tombes qui n’ont pas fait l’objet de régularisation. « A ce jour, ils n’ont rien à payer » assure Ramona.

Si effectivement, la démarche administrative à la mairie est gratuite, une fois le dossier constitué, l’arrêté de concession sera rédigé et il sera facturé 5 000 Fcfp. Somme correspondant à la transcription à la Direction des Affaires Foncières, qui permettra aux ayants droit d’être titulaire de la concession.
 

Rédaction web avec Brandy Tavero et Oriano Tefau

infos coronavirus

Covid-19 : une aide pour les entreprises qui ont été contraintes de restreindre leur activité

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce une "aide financière exceptionnelle" de prise en charge de la patente des entreprises et sociétés ayant fait l'objet d'une interdiction d'accueil du public ou d’une interdiction ou d’une restriction d’activité en raison de la crise sanitaire de la Covid-19.