mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Pesticides : le conseil des ministres interdit 9 substances actives

Publié le

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce qu'il interdit 9 substances actives regroupant différentes catégories de pesticides. 3 autres sont désormais autorisées.

Publié le 19/02/2020 à 14:28 - Mise à jour le 19/02/2020 à 14:32
Lecture 2 minutes

Dans son compte-rendu, le conseil des ministres annonce qu'il interdit 9 substances actives regroupant différentes catégories de pesticides. 3 autres sont désormais autorisées.

La liste des substances actives de pesticides autorisées localement évolue régulièrement afin d’intégrer les demandes formulées par les professionnels et les services techniques du Pays, tout en répondant aux attentes en matière de protection de l’environnement et de santé, note le conseil des ministres dans son compte-rendu.

La commission des pesticides, qui regroupe une dizaine d’acteurs issus de l’administration publique, de la société civile et d’entreprises privées, a procédé sous forme de groupes de travail à la ré-étude des autorisations de mise sur le marché de molécules autorisées localement avec pour objectif d’aboutir progressivement à l’interdiction de celles obsolètes ou qualifiées de néfastes pour l’homme et l’environnement tout en garantissant aux utilisateurs une protection efficace contre les bio-agresseurs.

Le Conseil des ministres a suivi l’avis technique émis par ladite commission en interdisant 9 substances actives regroupant différentes catégories de pesticides (bactéricide, insecticide, herbicide et fongicide) et en modifiant les conditions d’utilisation de 6 autres.

Il a également autorisé 3 substances actives, dont deux phéromones pour un usage dans des pièges à insectes, afin de permettre à la direction de la Biosécurité une meilleure protection de la Polynésie française dans la lutte contre les organismes nuisibles qui pourraient, en cas d’entrée en Polynésie française, avoir des conséquences économiques, sanitaires et environnementales importantes.

Les autres sujets au compte-rendu du conseil des ministres :
– Le Pays poursuit sa politique de soutien aux entreprises pour 2020
– Modernisation des règles de conservation des documents
– Nomination de Mélissa Lau en qualité de notaire intérimaire durant le congé de Maître Alexandre Yao
– Modification de la liste des substances actives de pesticides autorisées en Polynésie française
– Troisième Heiva Taure’a les 6 et 7 mars prochains
– Lancement de la campagne « Je suis ma famille, je suis mon Pays » du 19 février au 6 mars
– Modification des modalités et de la nature des épreuves pour les concours externe et interne des pompiers d’aérodromes, des agents techniques, des adjoints administratifs, secrétaires médicaux, et des agents médico-techniques
– Examen professionnel d’accès au grade de secrétaire médical principal de 2ème classe

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : des visières de protection imprimées en 3D

L’impression 3D arrive à la rescousse pour fabriquer des visières de protection. L’initiative est lancée par des entrepreneurs du fenua qui s’associent pour fournir les professionnels de divers secteurs d’activité. Le système n’est certes pas homologué par les autorités, mais il se présente comme une alternative ingénieuse pour se protéger un peu plus le visage des bactéries.

Covid-19 : les caissières en première ligne !

Tout un dispositif pour protéger au maximum les salariés. les caissièr(e)s sont directement exposés au danger. Ils travaillent chaque jour pour pouvoir...

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 approuvé à l’unanimité

Le collectif budgétaire spécial Covid-19 a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique, à l’Assemblée de la Polynésie française. Il sera examiné en session plénière de l’Assemblée ce jeudi 26 mars.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV