dimanche 24 mai 2020
A VOIR

|

Perliculture : une société chargée d’élaborer un plan de gestion des déchets

Publié le

Dans un communiqué, le groupement Elcimaï Environnement - PAE TAI PAE UTA - VERTIGO LAB explique qu'il a été chargé d’élaborer un plan de gestion des déchets de la filière perliculture.

Publié le 07/04/2020 à 11:22 - Mise à jour le 07/04/2020 à 11:30
Lecture < 1 min.

Dans un communiqué, le groupement Elcimaï Environnement - PAE TAI PAE UTA - VERTIGO LAB explique qu'il a été chargé d’élaborer un plan de gestion des déchets de la filière perliculture.

« L’activité de perliculture est génératrice de déchets, eux-mêmes sources de pollutions olfactives, visuelles et environnementales. Essentiellement issus de l’activité professionnelle, ces déchets sont immergés ou stockés à terre (paniers et collecteurs en propylène, bouées en ABS16, filins en nylon, sacs de sable, etc) ; ils peuvent aussi être la conséquence de la construction de fermes d’exploitation et d’habitations sur pilotis au sein même du lagon », explique le groupement dans son communiqué.

« Le rejet de macro-déchets plastiques dans l’environnement représente un impact majeur de la perliculture d’autant plus que, outre l’environnement, la santé publique est également concernée.

C’est dans ce contexte d’état des lieux de la pollution des milieux naturels par ces déchets et de recherche de pratiques et de gestion plus vertueuses qu’Elcimaï Environnement a été chargé d’élaborer un plan de gestion des déchets perlicoles en Polynésie française. Le lien de dépendance entre l’environnement et la perliculture doit rendre cette démarche de développement durable garante de la qualité des perles produites et de la pérennité de la filière.

Précisément, Elcimaï Environnement va apporter son expertise à PAE TAI PAE UTA, un bureau d’étude basé en Polynésie avec lequel il collabore depuis plusieurs années qui est mandataire de la mission, ainsi qu’à VERTIGO LAB. Forte de ses connaissances techniques dans le domaine de la perliculture en particulier, et de l’aquaculture en général, l’équipe ainsi constituée entend apporter à la mission son approche pluridisciplinaire : environnementale, humaine et économique. »

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : toujours 60 cas en Polynésie, un nouveau...

Au 22 mai, il n’y a aucun nouveau cas confirmé de Covid-19 dans la population de la Polynésie française. Le bilan reste à 60 cas confirmés cumulés. Les 29 marins de l'Équateur, en transit, sans contact avec la communauté, et qui ont été dépistés positifs, ne s'ajoutent donc pas.

Tahiti, Moorea-Maiao : les modalités de reprise pour les...

Les écoles de danse, de chant et de musique peuvent reprendre leurs activités. En adéquation avec le ministère de la Santé, et suite aux échanges et réunions avec les différents acteurs du secteur, le ministère de la Culture a établi un protocole de reprise de l’activité constitué de recommandations fortes, qui sera sujet à modifications en cas d'évolution du contexte sanitaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV