lundi 6 décembre 2021
A VOIR

|

Pénurie de riz : quelles alternatives ?

Publié le

La pénurie de riz persiste et embarrasse certains foyers. Le riz fait partie du quotidien de nombreuses familles et il est difficile de changer les habitudes. Mais quand on ne peut pas faire autrement, il faut bien trouver une alternative, telle que l’agro-transformation de produits locaux.

Publié le 09/07/2021 à 16:50 - Mise à jour le 10/07/2021 à 14:31
Lecture 3 minutes

La pénurie de riz persiste et embarrasse certains foyers. Le riz fait partie du quotidien de nombreuses familles et il est difficile de changer les habitudes. Mais quand on ne peut pas faire autrement, il faut bien trouver une alternative, telle que l’agro-transformation de produits locaux.

https://youtu.be/8GSY06VhKz8

Nathalie Convert est formatrice en agro-transformation. A partir des produits locaux que l’on trouve dans tous les jardins, elle invente des recettes faciles à réaliser et qui nécessitent peu de matériels. Son ustensile fétiche du moment : une râpe à julienne que l’on peut trouver pour moins de 300 Fcfp dans les commerces.

“Avec ça, on peut faire des juliennes mais également des pâtes. Des pâtes de légumes, de tubercule, des tagliatelles de uru, de taro, et c’est juste génial“. Car pour Nathalie, il est facile de “réapprendre à faire autrement qu’avec du riz ou des pâtes”.

Une râpe à julienne, l’ustensile fétiche de Nathalie qui permet de créer des juliennes et des pâtes avec nos produits locaux (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Aujourd’hui, la formatrice partage justement sa recette de pâtes de uru et de riz de patates douces. Il suffit de faire de la julienne de uru et de broyer les patates douces avant de les cuire moins de 5 minutes dans de l’eau. Des recettes faciles à base de produits du fenua, le résultat est tout simplement bluffant.

“Là je propose deux versions à base de patate douce et de uru, pour accompagner les plats en sauce, tous les plats que vous avez l’habitude de consommer, mais en utilisant des produits qui viennent du jardin”, explique Nathalie. “L’avantage avec les produits locaux, c’est qu’il y a zéro emballage, que la plupart du temps, ça vient du fond du jardin, donc c’est gratuit, et en plus, au niveau du temps de préparation, c’est beaucoup moins long que de faire cuire du riz ou des pâtes. Donc c’est plus facile, c’est économique et écologique, on a tout à y gagner”.

Avec sa râpe à juliennes, Nathalie créer facilement des pâtes de uru (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

D’autant plus que le fenua abonde de fruits et légumes tout au long de l’année.

“La réponse est toujours venue de nos terres. De transformer le uru, le taro, la banane, et pas juste pour le ma’a tahiti, d’en faire de véritables bases alimentaires, et c’est comme ça que ça se faisait avant. On doit revenir à une consommation plus proche de notre culture et plus proche de nos habitudes”, urge Nathalie.

Ces pénuries rencontrées depuis le début de la crise, c’est l’occasion de changer nos habitudes alimentaires et de consommer plus de produits locaux. L’un des objectifs du pays est d’ailleurs de tendre vers l’autosuffisance.

Pour faire du riz de patate douce, il suffit de les broyer dans un mixeur avant de les cuire moins de 5 minutes dans de l’eau (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

infos coronavirus