dimanche 28 novembre 2021
A VOIR

|

Pendant que les autres festoient, eux travaillent

Publié le

Couvre-feu ou pas les polynésiens se sont organisés pour fêter le passage à la nouvelle année. Et pendant que certains profitaient de la Saint Sylvestre, d’autres ont dû se rendre au travail. Ce fut le cas bien sûr des agents du service public : pompiers, infirmiers, urgentistes… mais aussi des professionnels du transport ou encore de la restauration.

Publié le 01/01/2021 à 18:56 - Mise à jour le 04/01/2021 à 16:46
Lecture 3 minutes

Couvre-feu ou pas les polynésiens se sont organisés pour fêter le passage à la nouvelle année. Et pendant que certains profitaient de la Saint Sylvestre, d’autres ont dû se rendre au travail. Ce fut le cas bien sûr des agents du service public : pompiers, infirmiers, urgentistes… mais aussi des professionnels du transport ou encore de la restauration.

Il est 20 heures, aux urgences de l’hôpital de Taaone. Généralement, ce service est très sollicité pendant la nuit de la Saint-Sylvestre. Mais avec les restrictions sanitaires, à quelques heures du réveillon, la soirée est plutôt calme. Seule exception en ce début de soirée, une personne héliportée depuis Moorea suite à un accident en quad. “Cette année, c’est un peu exceptionnel avec le couvre feu” nous dit Tony Tekuataoa, médecin aux urgences du centre hospitalier de Pirae.

Une deuxième équipe doit partir vers Rikitea aux alentours de minuit, pour la 1è évacuation sanitaire de l’année: “à partir de minuit puisqu’il y a des règles aéronautiques qui font qu’on ne peut pas se poser la nuit sur certains atolls des Tuamotu et notamment des Gambier. Et là, en l’occurrence, on sera au petit matin sur Rikitea, pour récupérer une plaie d’avant bras.”

21h40, à quelques minutes du couvre-feu, les rues de la capitale se vident progressivement. Les chauffeurs de taxi comme Heiata Mapu, eux, sont en service toute la nuit: “c’est vrai que par rapport à la situation, l’activité a bien baissé mais il y a toujours des personnes qui ont besoin de nous, donc c’est pour ça qu’on est là ce soir“.

Au marché, Mama Mapu fait partie des derniers vendeurs à être encore sur place. Tous ses colliers de fleurs et ses couronnes ont été vendus. Pas de repas de fête prévu en ce 31 décembre et le lendemain, une nouvelle journée de travail se profile, elle commencera à 5 h 30 du matin. Elle estime que pour ce réveillon, la vente de couronne a bien marché malgré le couvre-feu.

L’une des seules pizzeria ouverte en ce jour de réveillon, se prépare à livrer ses 2 dernières pizzas de l’année 2020 alors que le couvre-feu démarre. Teva Ah-Min a voulu terminer l’année en beauté en travaillant et ça a payé: “ça a bien tournée. C’était la folie, ça n’a pas arrêté… les téléphones, les livraisons, les gens sur place

Les pompiers de Papeete étaient prêts à toute éventualité, mais à quelques minutes du passage à la nouvelle année, toujours rien à signaler.

Il n’était pas encore minuit, que déjà des feux d’artifices étaient tirés dans le quartier Vaininiore à Papeete, tout près de la caserne des pompiers de Papeete. Et comme de tradition, lorsque sonnent les douze coups de minuit, les soldats de feu mettent en marche la sirène pour un petit tour en ville. Une virée exceptionnelle qui s’est faite sur les routes désertes de la capitale.

infos coronavirus