dimanche 7 mars 2021
A VOIR

|

Pauline Corbier directrice de l’antenne Polynésie du BRGM.

Publié le

Publié le 12/12/2016 à 8:44 - Mise à jour le 12/12/2016 à 8:44
Lecture 2 minutes

Fermée en 2006, l’antenne polynésienne du BRGM rouvre aujourd’hui avec un projet sur la gestion des eaux souterraines, lancé en mars dernier. Ce projet est piloté par le ministère de la Culture et de l’Environnement par l’intermédiaire de sa direction opérationnelle compétente, la DIREN.

Il constitue un projet d’envergure (2,4 millions d’euros sur 3 ans) qui vise à doter la Polynésie française d’outils de gestion et d’exploitation des ressources en eaux souterraines. Il s’agit de développer des outils plus performants, pour faire face aux défis actuels tels que l’augmentation des besoins en lien avec le développement démographique et touristique, la distribution d’une eau de qualité, la sécurisation de l’approvisionnement, les risques de pollution, les intrusions salines.

Pauline Corbier contribuera à la concrétisation d’autres projets d’appui aux politiques publiques locales, tels que la poursuite de l’évaluation du potentiel géothermique de l’île de Tahiti, la caractérisation des risques littoraux sur les îles de Tahiti et de Bora-Bora ou encore la révision du code minier de la Polynésie. Elle pourra également initier d’autres projets ou d’appui aux politiques publiques, sur des sujets d’intérêt pour la Polynésie (en particulier les conséquences du changement climatique), en privilégiant les partenariats locaux.

Rédaction Web

Le BRGM, Bureau de recherches géologiques et minières, placé sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, du Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, et du Ministère de l’Economie et des Finances, est l’établissement public de référence pour gérer les ressources et les risques du sol et du sous-sol. Il remplit diverses missions : recherche scientifique, appui aux politiques publiques, recherche partenariale en tant qu’Institut Carnot, coopération internationale et aide au développement, prévention et sécurité minière, formation supérieure

 

infos coronavirus