vendredi 19 août 2022
A VOIR

|

Pas de pass vaccinal en Polynésie pour l’instant, selon Jean-Christophe Bouissou

Publié le

La loi sur l'obligation vaccinale est entrée en vigueur le 23 décembre. Les premières sanctions tomberont à partir du 23 janvier 2022. Aujourd'hui, si certains se résignent, d'autres résistent encore. Invité du JT jeudi soir, le vice-président Jean-Christophe Bouissou a rappelé l'importance de se faire vacciner. Il a également nié l'éventualité d'un pass vaccinal en Polynésie pour le moment.

Publié le 24/12/2021 à 10:21 - Mise à jour le 24/12/2021 à 11:24
Lecture 2 minutes

La loi sur l'obligation vaccinale est entrée en vigueur le 23 décembre. Les premières sanctions tomberont à partir du 23 janvier 2022. Aujourd'hui, si certains se résignent, d'autres résistent encore. Invité du JT jeudi soir, le vice-président Jean-Christophe Bouissou a rappelé l'importance de se faire vacciner. Il a également nié l'éventualité d'un pass vaccinal en Polynésie pour le moment.

Vous comprenez cette crainte face à l’amende qui entre dans le cadre de l’obligation vaccinale ?
“Oui c’est un peu le but de cette opération, c’est d’amener les gens à prendre conscience qu’il faut se faire vacciner. Toutes les données scientifiques sont là, toutes les données statistiques aussi. Si on disait aux gens ‘vous êtes libres de vous faire vacciner ou pas, mais si vous tombez malades, que vous êtes à l’hôpital, vous prenez en charge les quelques millions de Fcfp que ça coûte à la société, à ceux qui cotisent et à ceux qui participent sur le financement de nos hôpitaux’, est-ce que les gens l’accepteraient ? Donc prenons conscience aujourd’hui. […] On veut simplement faire prendre conscience que si vous ne le faites pas, vous pouvez vous retrouver dans ce genre de situation. On en connaît beaucoup entre nous malheureusement qui ne se sont pas faits vacciner et qui ont perdu la vie. Ce n’est pas ce que l’on souhaite pour notre population”.

Le président Édouard Fritch avait promis une bienveillance de l’administration pendant les premières semaines. Qu’est-ce que ça veut dire exactement ?
“Nous n’avons pas envie que l’ARASS aille courir après tout le monde. Ce que l’on souhaite simplement, c’est que dans le mois qui vient, les gens, petit à petit, prennent conscience. D’abord, parce que leur patron leur dit ‘écoutez, faites-le parce qu’il y a aujourd’hui la loi qui s’applique’. Et puis deuxièmement, ‘respectez au moins la population qui vient vous voir’.”

Le variant Omicron est officiellement présent au fenua depuis le début de cette semaine. Les élus communaux des îles s’interrogent sur la mise en place d’un pass vaccinal. Est-ce une piste que vous pouvez envisager ?
“C’est envisagé en métropole. […] Le pass sanitaire, c’est aussi la possibilité de pouvoir se faire tester et de voir qu’on n’a pas le virus. Le pass vaccinal, pour l’instant, c’est quelque chose qui est un peu dans l’air mais qui n’est pas appliqué ou applicable en Polynésie. […] Ce n’est pas une question d’actualité”.

infos coronavirus