jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Pas de dimanche sans culte, malgré l’épidémie

Publié le

En ce premier dimanche de confinement, les cultes sont autorisés tout en préservant les gestes sanitaires. Les catholiques ont été moins nombreux à se rendre à la messe, en l'honneur de l'Assomption.

Publié le 15/08/2021 à 17:43 - Mise à jour le 16/08/2021 à 11:26
Lecture 2 minutes

En ce premier dimanche de confinement, les cultes sont autorisés tout en préservant les gestes sanitaires. Les catholiques ont été moins nombreux à se rendre à la messe, en l'honneur de l'Assomption.

Le 15 août est un jour de fête pour les catholiques. Ils célèbrent l’assomption, la montée au ciel de la Vierge Marie. Mais aujourd’hui, pas de procession, covid oblige. Les fidèles se recueillent dans la cathédrale de manière intimiste.

“A l’Assomption, il y a du monde. Il y a la procession, mais là, il n’y a plus rien. C’est limité en plus. Il y en a qui ont peur de venir. C’est très triste pour nous, les catholiques”, confie Marguerite Breudin, une fidèle.

Pour Père Christophe, il est important d’accueillir les gens dans la maison de Dieu. Il faut juste privilégier la prudence sans pour autant céder à la peur. “Nous en sommes responsable, la presse en est responsable. Vous savez, ce petit tableau qui paraît tous les jours, on voit bien que ça stresse. Mais combien de gens sont sortis, combien de gens sont vivants ? Il ne faut pas être imprudent, mais il ne faut pas avoir peur. Je crois qu’il faut faire confiance. Les fidèles sont suffisamment adultes, du moins aussi adultes que ceux qui nous gouvernent, pour respecter les règles”.

Du côté du temple de Paofai, pas de défilé de l’union chrétienne des jeunes gens aujourd’hui. A cause des restrictions, les jeunes restent dans l’enceinte de la paroisse. Au dernier confinement, les protestants avaient suspendu les célébrations pour enrayer la contagion. Aujourd’hui, les portes sont ouvertes aux fidèles. Pour autant, les prêtres ne parlent pas du vaccin.     

“Nous n’avons pas donné de directives aux fidèles aujourd’hui”, déclare Firipa Teoroi, Pasteur du temple de Paofai. “Nous avons ouvert le temple parce que nous ne comprenons pas les nouvelles mesures. Je ne sais pas ce qu’elles cachent. Je constate que nous confinons les gens alors que les avions continuent de voler”.

Les catholiques ont même pu se rendre à la dernière messe de 18h00. Dans les semaines à venir en revanche, de nombreux cultes seront annulés.

Rédigé par

infos coronavirus