jeudi 19 septembre 2019
A VOIR

|

Parcoursup : une nouvelle plateforme pour l’orientation post-bac

Publié le

Publié le 21/01/2018 à 15:30 - Mise à jour le 21/01/2018 à 15:30
Lecture 2 minutes

Etudiants, faites vos vœux. Lancée la semaine dernière, la plateforme Parcoursup est désormais ouverte. Ce nouvel outil en ligne remplace celui de l’admission post-bac. Les étudiants peuvent y inscrire leurs vœux jusqu’au 13 mars.

Parmi les principales nouveautés par rapport à l’ancien système, le très critiqué APB : un maximum de 10 voeux (contre 24 l’an dernier), et pas de classement. Les réponses des établissements tomberont au fil de l’eau, à partir du 22 mai. 

Mais surtout, le candidat va devoir répondre aux “attendus” des universités –compétences et connaissances requises pour suivre une filière donnée. Si le candidat ne les a pas, une alternative lui sera proposée.

Patrick Capolisini, président de l’Université de Polynésie française (UPF), détaille :

« On leur proposera une année qui va permettre de les remettre à niveau dans certains domaines où ils ont des lacunes. Ainsi, l’année suivante, ils pourront intégrer une L1 classique avec de meilleures chances de réussite. »

Jusqu’à présent, avec Admission post-bac, les bacheliers formulaient 24 vœux. Les universités donnaient un avis favorable ou défavorable. Même en cas d’avis défavorable, le bachelier pouvait s’inscrire. Le président de l’UPF continue :

« Là, si on lui dit qu’il ne peut pas s’inscrire dans ce parcours-là, il sera obligé de s’inscrire dans ce parcours aménagé. L’idée est de dire : on prend ces jeunes, on les encadre de manière très spécifique, toujours avec un pied dans la licence qui les intéresse mais on va leur donner les clés nécessaires pour intégrer cette L1. »

Pour le gouvernement central, l’objectif vise à réduire le taux d’échec. Mais tout le monde ne l’a pas compris de cette manière. Dans l’Hexagone, certains estiment que ce nouveau système décourage et laisse de côté de nombreux jeunes.

Au fenua, du côté de l’université, la plus grosse inquiétude reste le temps de la mise en place et des moyens. Patrick Capolsini déclare :

« Sur le fond, la réforme est intéressante. Ce qui nous inquiète un peu, c’est le timing de la réforme.  Il va falloir aller vite. »
 

Rédaction web avec Naea Bennett et Esther Parau-Cordette

Patrick Capolsini

Cliquez pour ouvrir le guide de la plateforme

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Le drame des violences conjugales en Polynésie française

La secrétaire d’État Marlène Schiappa a annoncé mettre en place un Grenelle spécifique aux territoires d’outre-mer le 25 novembre. Quel est le constat de cette violence en Polynésie et quelles sont les aides dont bénéficient les victimes ?

Ligue 1 Football : le point sur les grands changements avant la reprise

En football, après 2 longs mois d’arrêt, les footballeurs de ligue 1 reprennent petit à petit le chemin des terrains. L’occasion pour nous de faire le point sur les grands chantiers de l’intersaison avec en ligne de mire le mercato hivernal.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

La petite fourmi de feu : un désastre écologique

Elle est l’une des 100 espèces les plus envahissantes au monde : la petite fourmi de feu ou fourmi électrique dévaste tout sur son passage. Originaire d’Amérique centrale et du sud, elle a été signalée pour la première fois en 2004 à Mahina. Elle est présente aujourd’hui à Tahiti, Moorea, Rurutu, Huahine ou encore à Bora Bora... Le dossier de la rédaction :

Under The Pole III : Une capsule à Moorea...

Vivre sous l’eau. Observer et étudier le fond des océans sans limite de temps. Un rêve. Une utopie. C’est pourtant ce que s'apprête à faire l’équipe d'Under The Pole à bord de la Capsule.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV