mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Parcoursup : le parcours du combattant

Publié le

Publié le 08/07/2018 à 15:27 - Mise à jour le 08/07/2018 à 15:27
Lecture 2 minutes

L’algorithme permet à un élève de conserver plusieurs affectations à la fois, ce qui laisse les autres candidats en liste d’attente. D’autres encore, se voient refuser tous leurs vœux. Mahine Pato, bachelière, explique : “Je n’ai pas été acceptée car je n’ai fait qu’un seul vœu. Je n’ai pas pu confirmer les autres. Mais là, il y a une phase complémentaire et je me suis inscrite pour la licence de tahitien à l’université.”

Comme elle, Tevaihani Tixier, devra se contenter des filières où il reste des places.  La jeune femme raconte : “Je me suis inscrite à l’université pour une licence de langue mais je n’ai pas pu confirmer ma demande car j’ai un problème de réseau. Ma demande a été refusée après…”

> D’autres solutions existent…

Les académies peuvent limiter le nombre de candidats extérieurs à leur zone géographique. Ce qui peut défavoriser les Tahitiens qui veulent étudier en métropole.

Malgré tout, près de 85% des Polynésiens ont accepté définitivement une proposition. Pour les autres, des solutions existent. Marco Attal, administrateur de Parcoursup à la DGEE, détaille : “Il faut savoir que nous avons mis en place la semaine : la commission académique de l’enseignement supérieur. C’est une nouvelle commission qui a été mise en place à la demande du ministère dans le cadre de Parcoursup. Nous nous sommes réunis la semaine dernière avec l’université et tous les proviseurs publics et privés. Nous avons été recensés tous les jeunes dont aucun vœu n’avait été satisfait et qui ont sollicité nos services.”

Les coordonnées de ces jeunes ont été envoyées au centre d’information et d’orientation (CIO). Selon la DGEE, ils ont tous été contactés individuellement pour bénéficier d’un entretien. Objectif : les aider à reformuler une stratégie d’orientation sur la base des places vacantes.

La procédure d’affectation reste plus longue que les années précédentes. Certains ne seront pas fixés avant le 21 septembre.
 

Rédaction web avec Solène Barlot 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]