A VOIR

|

Médicaments : les pharmaciens vigilants dans un contexte de pénurie mondiale

Publié le

Paracétamol, amoxicilline : les pénuries de médicaments fabriqués en Chine inquiètent en France. Au fenua, les pharmacies sont informées des tensions d’approvisionnement depuis déjà plusieurs mois. Malgré une vigilance et quelques consignes du ministère de la Santé, les fournisseurs assurent qu’il ne faut pas s’inquiéter. Ils ont anticipé les commandes pour garantir du stock.

Publié le 08/01/2023 à 18:31 - Mise à jour le 09/01/2023 à 9:46
Lecture 3 minutes

Paracétamol, amoxicilline : les pénuries de médicaments fabriqués en Chine inquiètent en France. Au fenua, les pharmacies sont informées des tensions d’approvisionnement depuis déjà plusieurs mois. Malgré une vigilance et quelques consignes du ministère de la Santé, les fournisseurs assurent qu’il ne faut pas s’inquiéter. Ils ont anticipé les commandes pour garantir du stock.

Face aux tensions d’approvisionnement en médicaments en France, les autorités sanitaires polynésiennes demandent aux officines d’appliquer le principe de précaution. Le paracétamol, commercialisé sous le nom de Doliprane ou Efferalgan est rationné à deux boîtes, lorsqu’il est demandé sans prescription médicale.

Pour éviter toute rupture de stock, Marine Lancelin, pharmacienne, suit de près l’évolution des commandes : “On essaie de surveiller tous les jours et régulièrement les dates de retour prévues, que ce soit pour le Doliprane ou des antibiotiques. Et on essaie de commander dès qu’on peut pour suivre au fil de l’eau et ne pas tomber en rupture de stock”.

Même scénario dans une autre pharmacie. On tient à rassurer la patientèle, tout en surveillant les volumes : “Que ce soit Doliprane ou Efferalgan, on est limité à deux boîtes. On commence à avoir des tensions sur l’amoxicilline, on a du faire un peu de stock. On commence à avoir quelques petites difficultés, mais ça va” indique Louis Quartini, pharmacien.

En médicament d’origine ou en version générique, l’amoxicilline subit des ruptures de stock depuis novembre dernier dans l’Hexagone. Cet antibiotique est largement prescrit chez les enfants. Les pharmacies de Tahiti sont quotidiennement en lien avec les grossistes : “C’est surtout la forme pédiatrique qui nous manque parce qu’on a moins de solutions que pour les adultes. Ce sont des formes sirop essentiellement. On a des tensions d’approvisonnement sur l’Augmentin ou le Clamoxyl. Il a été également demandé aux médecins de faire attention à leurs prescriptions et de mettre un autre antibiotique lorsque cela était possible” précise la pharmacienne.

Pour éviter la pénurie, un laboratoire pharmaceutique a anticipé. Malgré un coût de revient multiplié par deux à cause du transport aérien, les stocks de médicaments permettront d’assurer la demande dans les pharmacies de Tahiti et des îles pendant plusieurs mois. À 20 000 kilomètres des fournisseurs, mieux vaut avoir plus que pas assez. “Pour les différentes formes de Doliprane, d’amoxicilline, ou d’amoxicilline/acide clavulanique, on a entre 2 et 8 mois de stock sur place ici, plus tout ce qu’on a sur les bateaux ou à venir par les avions” déclare Jean-Michel Leguen, directeur de Médipac.

Avec des délais d’un à trois mois selon le mode de transport, la logistique d’approvisionnement en Polynésie est complexe. Et l’hôpital est aussi concerné : “Pour le moment, nous ne sommes pas ennuyés. Nous sommes en situation de pouvoir faire face. Mais tout peut arriver, donc on est très précautionneux. L’hôpital se doit d’avoir environ deux mois de stock sur place” nous dit Philippe Dupire, président de la Commission médicale d’établissement au CHPF.

Les questions de pénurie sont apparues avec la pandémie de Covid. C’est aussi l’une des conséquences de la mondialisation avec la production des principes actifs, concentrée en Inde et en Chine.

Article précédent
Article suivant