jeudi 26 novembre 2020
A VOIR

|

Papeete : 60 m3 de détritus enlevés chez un particulier

Publié le

La commune de Papeete a dû débarrasser 60 m3 d'immondices chez un particulier souffrant d'un trouble comportemental qui le pousse à accumuler des détritus chez lui.

Publié le 05/07/2019 à 15:17 - Mise à jour le 05/07/2019 à 17:04
Lecture < 1 min.

La commune de Papeete a dû débarrasser 60 m3 d'immondices chez un particulier souffrant d'un trouble comportemental qui le pousse à accumuler des détritus chez lui.

À la suite de nombreuses plaintes du voisinage, et pour des raisons manifestes d’hygiène et de salubrité publiques, les services de la ville de Papeete sont intervenus jeudi matin sur un terrain privé à Patutoa afin de le débarrasser de près de 60 m3 d’immondices accumulés par l’un de ses propriétaires indivis atteint du syndrome de Diogène (un trouble comportemental qui le pousse à accumuler des détritus chez lui).

L’opération a été menée par le Bureau de la propreté urbaine de la commune et la police municipale de Papeete, en collaboration avec la DSP et la famille de l’intéressé. C’est la troisième intervention de ce type au même endroit.

Deux bennes de 30 m3 chacune ont ainsi été chargées. Des ombrières ont également été installées pour limiter la gêne visuelle car, si pour l’instant le terrain est nettoyé, son occupant, qui y vit seul et sans revenus, reste sous l’emprise de son trouble pathologique. Des démarches sont engagées pour lui obtenir un accompagnement social et médical.

Le syndrome de Diogène se caractérise par une négligence extrême de l’hygiène corporelle et domestique, un comportement compulsif d’entassement d’objets hétéroclites et de détritus, un isolement social et un refus d’aide.

Le terrain après le passage des agents de la mairie. (crédit photo : ville de Papeete)

infos coronavirus

Moetai Brotherson regrette que les aides de l’État ne soient pas indexées

Le député Moetai Brotherson était notre invité en plateau mardi soir. Nous avons fait un point avec lui sur la situation sanitaire et économique du fenua, mais aussi sur le procès en appel de Radio Tefana.