samedi 19 octobre 2019
A VOIR

|

Papara : les professeurs disent “stop” à la violence

Publié le

Publié le 20/04/2016 à 13:16 - Mise à jour le 20/04/2016 à 13:16
Lecture 2 minutes

Trop, c’est trop. Une fois de plus, le collège de Papara fait parler de lui pour ses violences. Mardi dernier, c’est une professeure qui reçoit un coup au ventre alors qu’elle est enceinte. Un acte violent qui vient s’ajouter à la liste déjà longue que connait le collège de Papara. 
 
Ce jeudi matin, une délégation de professeurs accompagné de Thierry Delmas, représentant de la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), a rencontré le principal du collège pour dénoncer la situation. Ils ont demandé que des sanctions soient appliquées proportionnellement à la faute commise et regrettent le manque de politique commune. Et pourtant, selon eux, des réunions il y en a eu. Des rencontres avec le chef d’établissement aussi. Des élèves agressés aussi, et des plaintes déposées à la gendarmerie. “Quand un enseignant exclut un élève et qu’il revient dans la classe, c’est inacceptable. Il faut qu’à chaque fois qu’il y ait un incident, je ne dis pas de renvoyer l’élève, mais qu’il soit sanctionné, qu’il reste en études, qu’il fasse du travail supplémentaire”, insiste Françoise Hauata du syndicat SNES.PF
 
Un message que semble avoir entendu Pascal Delesmont, chef d’établissement : “C’est vrai que quelques fois, la décision de sanction tarde, pour diverses raisons, parce que les parents ne peuvent pas se déplacer, parce que l’enfant est absent, parce que je n’ai pas immédiatement le rapport d’incident, et je sais que les enseignants veulent davantage de réactivité, j’ai entendu leur message et je suis tout à fait d’accord avec eux. Davantage de réactivité tout en respectant le droit”.
 
Après une heure de rencontre et de discussion, la majorité des professeurs ont préféré ne pas reprendre leur activité. Demain vendredi, les cours reprendront normalement.
 

Rédaction Web (Interview : Brandy Tevero)

Dossier de la semaine : les Evasan, pour qui ? Quand ? Comment ?

De par son éclatement géographique, la Polynésie se confronte à des difficultés lors de certaines évacuations sanitaires inter-îles. Comment une Evasan est-elle déclenchée ? Qui le décide ? Quels sont les moyens à disposition ? Éléments de réponds dans notre dossier de la semaine.

La filière crevette veut faire décoller sa production

Dans le cadre de la fête de la science, l'Ifremer organise sa journée porte ouverte samedi à Vairao de 8h30 à 15 heures. Maintenant que l'institut a cédé ses droits sur la souche de la crevette bleue au pays, la filière en plein développement, ambitionne de doubler, voire de tripler sa production, face à une demande en hausse.

Quelles actions pour prévenir l’illettrisme en Polynésie ?

Facteur de décrochage scolaire, l’illettrisme fait l’objet d’une attention particulière des pouvoirs publics. Boîte à livre, ateliers lectures, ou remise à niveau : quelles actions sont déployées pour prévenir ce handicap ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

vidéos populaires

Surf : le Français Jérémy Flores qualifié pour les...

https://www.facebook.com/FFsurf/videos/2504543452957295/ L'aventure s'est terminée pour notre Spartan Michel Bourez et le Français Jérémy Flores, compagnon de la Tahitienne...

Nucléaire : “Il faut que tous nos enfants connaissent...

Sept mois après la disparition de Roland Oldham, Moruroa e Tatou a un nouveau président. Hirohiti Tefaarere a tenu jeudi matin sa première réunion de travail avec les membres de son bureau. Aujourd’hui retraité de l’assemblée, Hirohiti Tefaarere est bien connu pour avoir milité aux côtés des partis indépendantistes tels que le Here Ai’a, Te Nunaa ia Ora, Ea Api avec John Teariki et enfin le Ia Mana te Nunaa. Il a aussi présidé plusieurs clubs sportifs. Cet ancien syndicaliste a été à l’origine des principales réformes sociales du pays. Membre fondateur de Moruroa e Tatou, Hirohiti Tefaarere a créé en 1988 le comité pour la paix Te Rai Hau et en 1987 la Ligue des droits de l’Homme et du citoyen. Son prochain combat : l’enseignement de l’histoire du nucléaire à l’école et faire reconnaître le 2 juillet comme jour férié.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X