jeudi 6 août 2020
A VOIR

|

Opération « coup de poing » : des mineurs trouvés ivres dans une salle d’événements de Papeete non autorisée

Publié le

Agents de la DSP, policiers municipaux et douaniers étaient mobilisés dans la nuit de samedi à dimanche pour une opération spéciale dans Papeete. Si la lutte contre la délinquance routière était au départ la priorité, les forces de l'ordre ont finalement dû intervenir dans un établissement de nuit...

Publié le 07/06/2020 à 12:48 - Mise à jour le 08/06/2020 à 11:58
Lecture 2 minutes

Agents de la DSP, policiers municipaux et douaniers étaient mobilisés dans la nuit de samedi à dimanche pour une opération spéciale dans Papeete. Si la lutte contre la délinquance routière était au départ la priorité, les forces de l'ordre ont finalement dû intervenir dans un établissement de nuit...

Une opération « coup de poing » des forces de police s’est déroulée samedi soir à Papeete. Une intervention qui visaient au départ les infractions routières, les nuisances occasionnées par les deux-roues, mais aussi le trafic de stupéfiant… « Après cette période de confinement, on s’aperçoit que les activités délictuelles ont repris de plus belle donc il nous est apparu nécessaire de frapper un grand coup ce soir notamment au niveau des runs et ainsi que de certains établissements de nuit où (…) on a trouvé des mineurs sans autorisation et qui consommaient de l’alcool. Une autre boîte de nuit qui mettait des tables qui jouxtaient la chaussée. Et donc nous avons vu une troisième boîte de nuit pour d’autres aspects. (…) Nous avons eu l’assistance des deux chiens des douanes. Autant profiter de ces opérations pour faire travailler ces chiens notamment sur le paka et l’ice. (…) », explique Mario Banner, chef de la DSP.
Agents de la DSP, policiers municipaux, douaniers… En tout, plus de 80 personnes ont participé à l’opération.

L’intervention qui a marqué cette soirée s’est déroulée vers 1 heure du matin. Les forces de l’ordre se sont rendues dans une salle événementielle de Papeete qui accueillait une soirée. Des dizaines de jeunes étaient en train de consommer de l’alcool sur la voie publique. « La mairie s’est toujours refusée à donner des autorisations », pour cette salle, explique Mario Banner qui souligne que des bagarres ont souvent lieu…

« On ne peut pas laisser cette délinquance des jeunes se propager. Comme vous avez vu, des jeunes mineurs qui consomment de l’alcool dans une boîte de nuit non autorisée et qui étaient complètement ivres. Nous en avons ramené certains pour appeler les parents, qu’ils viennent es chercher et qu’est-ce que leurs enfants foutaient dans cet endroit-là à une heure du matin« , s’énerve le chef de la DSP.

Bilan de cette soirée : 6 mineurs contrôlés dans des établissements de nuit et tout de même 80 personnes contrôlées sur les routes dont 46 en deux-roues, 6 engins immobilisés à la DSP dont 3 feront l’objet d’une mesure alternative aux poursuites (pots d’échappements non conforme)…

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV