samedi 4 juillet 2020
A VOIR

|

Octobre rose : 135 nouveaux cas de cancer du sein par an en Polynésie

Publié le

La campagne Octobre rose 2019 va débuter. En Polynésie française, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme avec en moyenne 135 nouveaux cas par an. Il est la deuxième cause de décès par cancer chez la femme.

Publié le 27/09/2019 à 12:27 - Mise à jour le 27/09/2019 à 13:38
Lecture 2 minutes

La campagne Octobre rose 2019 va débuter. En Polynésie française, le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme avec en moyenne 135 nouveaux cas par an. Il est la deuxième cause de décès par cancer chez la femme.

Un programme de dépistage intensifié du cancer du sein a été institué en novembre 2003 et modifié en 2019. Il permet aux femmes âgées de 50 à 74 ans révolus de bénéficier gratuitement tous les 2 ans d’une consultation de dépistage auprès d’un radiologue conventionné avec la direction de la Santé. Au cours de cette consultation de dépistage sont réalisés un examen clinique des seins et une mammographie, le tout pris en charge à 100% par la direction de la Santé.

Le programme de dépistage a pour objectif de réduire la mortalité due au cancer du sein et la lourdeur des traitements liée à une prise en charge tardive. En 2018, en Polynésie, 5 251 femmes ont réalisé une mammographie de dépistage, soit un taux de participation de 31%.

Afin d’augmenter ce taux de participation, l’échographie mammaire est désormais également prise en charge, lorsqu’elle s’avère nécessaire dans le dépistage. La direction de la Santé prend ainsi en charge l’échographie à 100 %, à travers l’instauration d’un forfait échographie-mammographie de dépistage. Tous les sites de mammographie de Polynésie française participent au dépistage.

L’objectif de cette campagne est d’inciter les femmes de 50 à 74 ans révolus à se faire dépister en les sensibilisant à l’importance du dépistage et en les informant des nouvelles modalités de prise en charge dans le cadre du dépistage du cancer du sein en Polynésie française. « Prends soin de toi et de ta santé, fais ta radio titi », reste donc le message principal pour l’édition 2019 d’Octobre Rose.  

Et pour accompagner les malades, il existe l’association Amazones Pacific. Anne Haiti Perrault en est la présidente : « Cette association a pour but d’accompagner les femmes et leur entourage pendant et surtout après les traitements, explique-t-elle. Notre objectif c’est sortir les femmes de leur isolement, les aider à retrouver leur féminité, leur confiance en elles, les aider à revenir dans la vie. Montrer que ce n’est pas parce qu’on a cette maladie qui est très dure, qu’on n’est plus une femme, qu’on n’est plus une mère… Il y avait un manque au niveau du Pays c’est-à-dire qu’à la fin des traitements, quand le médecin dit « on se retrouve dans 6 mois », eh bien on se retrouve seule à la maison. il y a certaines femmes qui tombent dans un isolement physique, psychologique. Ça peut entraîner une perte de confiance en elles. « 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Abstention record et déferlante verte pour le second tour...

Une abstention record et une vague verte inédites : le second tour des municipales dimanche s'est révélé hors normes, offrant également une confortable réélection à Edouard Philippe au Havre et la prise de Perpignan au Rassemblement national.

2-juillet : le gouvernement « Polynésian Kingdom of Atooi » se...

Ils étaient près d’une soixantaine de personnes à participer à cette rencontre pacifique, initié par le gouvernement souverain Atooi ou « The Polynesian...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV