dimanche 14 août 2022
A VOIR

|

Obligation vaccinale : le patronat inquiet à J-2

Publié le

Près de 75 000 personnes seraient concernées par l'obligation vaccinale qui sera effective dès jeudi. C'est l’ARASS qui doit organiser les contrôles et mettre en place d’éventuelles sanctions, mais est-elle prête à faire face à cette nouvelle responsabilité ? Si le traitement des données semble en bonne voie, les patrons restent de leur côté soucieux sur l'application de la loi au sein de leurs entreprises. De son côté, le syndicat de salariés O oe to oe Rima a tenu à réagir.

Publié le 21/12/2021 à 10:13 - Mise à jour le 21/12/2021 à 10:13
Lecture < 1 min.

Près de 75 000 personnes seraient concernées par l'obligation vaccinale qui sera effective dès jeudi. C'est l’ARASS qui doit organiser les contrôles et mettre en place d’éventuelles sanctions, mais est-elle prête à faire face à cette nouvelle responsabilité ? Si le traitement des données semble en bonne voie, les patrons restent de leur côté soucieux sur l'application de la loi au sein de leurs entreprises. De son côté, le syndicat de salariés O oe to oe Rima a tenu à réagir.

Difficile d’obtenir des informations de la part de l’ARASS sur l’obligation vaccinale. L’institution ne souhaite pas communiquer pour le moment sur son travail d’analyses des données qui concernerait environ 75 000 personnes. Selon une source proche du dossier, 70% des personnes déclarées par les employeurs seraient conformes à leur obligation vaccinale. Les 30% restantes devront dans les prochains jours justifier et démontrer qu’elles sont en règles face à la loi. Auquel cas, des avertissements pourraient tomber dès le 23 décembre prochain. 

Du côté du Medef, qui avait appelé il y a un mois les autorités à plus d’éclaircissements, l’organisation patronale reste aujourd’hui encore dans le flou : “les discussions récentes dans le cadre de la grève ou les modifications qui ont été faites dans le cadre des négociations ne nous ont pas éclairés sur la manière dont on exerce notre obligation de santé et de sécurité de nos salariés”, s’inquiète le président du Medef Polynésie, Frédérick Dock.

Car s’ils prônent l’efficacité de la vaccination, les chefs d’entreprises restent néanmoins inquiets sur les conséquences humaines et économique de cette loi : “on va passer du pass sanitaire au pass vaccinal, c’est-à-dire que tant qu’on ne sera pas tous vaccinés, on ne s’en sortira pas. (…) C’est ça qu’il faut expliquer aux gens et je pense que la loi ne règlera rien. Les entreprises sont extrêmement inquiètes. On est pris d’un côté par une incertitude totalement liée à l’arrivée du nouveau variant, on est pris de l’autre côté par le mur de la dette qui va arriver à partir du mois de mars/avril prochain, par les remboursements des PGE”.

Les autorités sanitaires ont fait savoir qu’une conférence de presse sera organisée en milieu de semaine. Reste à savoir si elle répondra aux interrogations du patronat.

infos coronavirus