mercredi 2 décembre 2020
A VOIR

|

Objectif : 500 logements en habitat groupé par an

Publié le

46 logements sociaux en habitat groupé sortiront de terre sur les hauteurs de Amoe à Mahina en 2023. La première pierre a été posée ce mardi matin. Et le gouvernement se fixe un objectif ambitieux, avec le soutien de l’Etat. Celui d’augmenter la production annuelle à 500 logements en habitat groupé, contre à peine une centaine les années précédentes.

Publié le 18/08/2020 à 17:19 - Mise à jour le 18/08/2020 à 17:22
Lecture 2 minutes

46 logements sociaux en habitat groupé sortiront de terre sur les hauteurs de Amoe à Mahina en 2023. La première pierre a été posée ce mardi matin. Et le gouvernement se fixe un objectif ambitieux, avec le soutien de l’Etat. Celui d’augmenter la production annuelle à 500 logements en habitat groupé, contre à peine une centaine les années précédentes.

Ce geste de la commune, du Pays et de l’Etat, fera le bonheur de 46 familles dans moins de trois ans. Une première pierre symbolique posée sur un terrain du Pays où seront érigés 4 immeubles de trois à quatre niveaux. La future résidence Amoe 1 profitera aux familles vivant dans les quartiers insalubres de Mahina.

Crédit présidence de la Polynésie

« Cela fait quelques années que nous sommes en train de travailler sur la rénovation des quartiers insalubres, confie Damas Teuira, le maire de Mahina. L’idée est de redonner toute la dignité humaine aux populations qui vivent sur Mahina. On a des quartiers prioritaires, comme Orofara, le quartier de Titine, le quartier de Hitimahana, de Muriavai. Et il y a plusieurs demandes. Il y a des demandes individuelles de personnes qui vivent dans la précarité à Mahina. Et tout un pan de quartier qui malheureusement vit dans ces conditions depuis plus de 30 ans. Aujourd’hui nous rentrons dans une nouvelle aire de rénovation de quartier. On travaille en partenariat avec le Pays et c’est une bonne chose pour nous, parce que seule, la commune ne pourra pas supporter toutes ces dépenses. »

Du F2 au F6 avec des terrasses profondes, Amoe 1 comprend aussi une aire de jeu, un local associatif et une soixantaine de places de parking. La future résidence est adaptée, selon l’architecte, à la vie communautaire polynésienne. Ces logements en habitat groupé, l’OPH n’en a livré que 70 par an en moyenne sur les 20 dernières années. Alors que 3.000 personnes sont en attente de logements.

Objectif affiché : augmenter la production à 500 logements de ce type chaque année, en achetant des logements supplémentaires auprès des promoteurs locaux, comme l’explique le ministre du Logement Jean-Christophe Bouissou : « Cette année nous allons produire plus de 300 logements groupés. L’année prochaine ce sera la même chose : 350. Et nous allons en plus solliciter les entreprises privées et les promoteurs privés pour construire 200 logements supplémentaires chaque année. Donc il faudra évidemment 14 mois, 18 mois, avant d’atteindre ce complément de 200 logements qui seront achetés par l’OPH et introduits à l’intérieur des logements que l’on mettra à disposition des familles. Et chaque année, nous aurons un programme d’acquisition en Vefa de 200 logements supplémentaires ce qui fera 500 logements chaque année, et nous allons pouvoir enfin couvrir l’ensemble des demandes sur les 6 à 7 prochaines années, des 3.000 familles qui attendent patiemment (…) Nous souhaitons que ces logements soient construits dans des petites résidences. Ici nous allons construire 46 logements. Tantôt nous ferons 30 logements, 25 logements, 18 logements même sur Papara. Nous ne souhaitons pas construire de grandes cités au risque de voir surgir encore les mêmes problématiques de vie sociale dégradée. (…) Nous avons aujourd’hui en engagement, plus de 18 milliards de Fcfp. Sur des opérations qui sont en cours. Nous aurons chaque année environ 8 à 9 milliards de crédits supplémentaires qui vont venir se rajouter pour continuer le rythme de production de logements que nous souhaitons. »

Plus de 18 milliards sont engagés sur des opérations en cours. S’y ajoutent chaque année 8 à 9 milliards de crédits supplémentaires pour produire 1.000 logements sociaux par an.

infos coronavirus