fbpx
lundi 18 novembre 2019
A VOIR

|

Nuutania : des prisonniers effraient les riverains

Publié le

Publié le 17/06/2015 à 14:06 - Mise à jour le 17/06/2015 à 14:06
Lecture 2 minutes

Des familles vivants aux abords de la prison de Nuutania à Faa’a craignent pour leur sécurité. Les prisonniers ont accès à un fa’a’apu aménagé dans l’enceinte de la prison. Problème : lorsqu’ils s’y trouvent, aucun surveillant n’est présent, aux dires d’une riveraine. Les prisonniers en profitent donc pour s’échapper quelques heures. Les murs de la prison sont facilement franchissables : pas de pics à tous les endroits et des trous parfois creusés par des chiens. 

Une riveraine témoigne. Elle a déjà failli se faire violer par un prisonnier et craint pour sa famille. Elle vit depuis 2001 dans sa maison, voisine du fa’a’apu. Son mari est souvent absent, pour le travail. Elle se retrouve donc seule avec ses enfants. “Quand je les vois, je rentre dans la maison. J’ai prévenu mon tane, je ferme à clef. On a beau bloquer la maison, ils essaient de casser les fenêtres”, raconte-t-elle.
Pour la jeune mère de famille, la solution serait de fermer le fa’a’apu ou au moins de mettre des gardiens. “A chaque fois qu’il y a les prisonniers, il n’y a pas de gardien”, témoigne la riveraine. “J’aimerais bien qu’on ferme ce fa’a’apu. Je crains pour mes deux filles et moi-même. J’ai failli me faire violée. Heureusement, il y avait mes anciens voisins. Heureusement, sinon je ne serais plus là.”

De son côté, l’administration pénitentiaire assure qu’elle n’a jamais été saisie “ni officiellement ni officieusement d’une quelconque plainte des riverains s’agissant des personnes détenues du fa’a’apu”. Selon la direction de Nuutania, “le parquet n’a jamais été saisi d’une plainte” et “il n’y a pas eu d’évasion du fa’a’apu ces 5 dernières années”. 

Redaction web 

Une habitante des abords de Nuutania

Des séjours thérapeutiques pour jeunes en difficulté

Depuis trois ans, le nombre de délits commis par des mineurs au fenua est en baisse. Afin de lutter contre la récidive, les adolescents sont pris en charge par la direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse. Celle-ci agit sur trois leviers : la famille, l’insertion et la santé. Sur ce dernier volet, trois séjours thérapeutiques ont été organisés cette année. Le dernier vient de se terminer à la Presqu’île.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV

X