lundi 25 mai 2020
A VOIR

|

Nouvelle mission chinoise aux Tuamotu

Publié le

Publié le 11/05/2014 à 7:56 - Mise à jour le 11/05/2014 à 7:56
Lecture < 1 min.

La délégation chinoise conduite par le PDG de la Holding Tian Rui International Investment, Cheng Wang, a quitté Tahiti dimanche matin. Gaston Flosse, Édouard Fritch et Manolita Ly, sont venus saluer la délégation avant son départ, en présence de Teng Du, le nouveau consul adjoint de Chine. Arrivé il y a une semaine, Cheng Wang est venu pour une nouvelle visite des atolls de Makemo, Apataki et Hao afin de déterminer l’emplacement définitif de la ferme aquacole, après que la mission technique et les ingénieurs de sa société aient émis quelques réserves sur le choix du nouvel emplacement proposé à Makemo, en raison de son éloignement du village et des infrastructures supplémentaires qui en découlent (quai, route, etc.). Si pour des raisons de coûts et de gains en termes de délais, en raison des infrastructures déjà existantes, l’atoll de Hao est finalement préféré à celui de Makemo.
Cheng Wang doit encore aborder ces questions avec son conseil d’administration. Il fera connaître sa décision définitive lors de son prochain séjour à Tahiti, prévu pour la fin du mois de mai. Hier Cheng Wang a réitéré son souhait de démarrer le projet rapidement. Les ingénieurs qui l’accompagnent doivent encore valider une implantation du projet dans la configuration de Hao. C’est une fois ces données connues que sera prise la décision définitive. D’après la présidence, ce projet devrait générer quelque 2000 emplois et 150 milliards d’investissement sur quinze ans.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV