dimanche 24 octobre 2021
A VOIR

|

Nouvelle manifestation pacifiste contre l’obligation vaccinale

Publié le

Partis de To'ata, près de 750 manifestants ont fait entendre leurs voix en défilant dans les rues de Papeete. Une pétition contre l'obligation vaccinale a déjà rassemblé 25 000 signatures.

Publié le 02/10/2021 à 10:47 - Mise à jour le 09/10/2021 à 13:41
Lecture 2 minutes

Partis de To'ata, près de 750 manifestants ont fait entendre leurs voix en défilant dans les rues de Papeete. Une pétition contre l'obligation vaccinale a déjà rassemblé 25 000 signatures.

Ce samedi matin, près de 750 personnes de 5 collectifs différents ont manifesté une fois de plus contre l’obligation vaccinale. Leur revendication : abroger la loi vaccinale dans sa totalité. Dans une ambiance bon enfant, les manifestants se sont rassemblés place To’ata avant de défiler dans les rues de Papeete. Sur place, les forces de l’ordre ont encadré la marche.

Les manifestants se sont rassemblés à To’ata avant de débuter leur marche (crédit photo : Tahiti Nui télévision)

A Tarahoi, point d’arrivée du cortège, quelques stands ont été installés : l’un veut informer sur les effets secondaires du vaccin anti-covid et l’autre assure que les employeurs n’ont pas le droit d’exiger la vaccination à leurs salariés, risquant jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende (environ 5,4 millions de Fcfp) selon les dires des collectifs sur place. Holly Raa, membre du collectif Covid-19 A Ti’a Porinetia, souhaite que “tous les salariés sachent qu’ils ont des droits et que les collectifs qui organisent les manifestations sont prêts à les aider. […] On nous a taxé d’anti-vax, mais en fait nous sommes pour les libertés. Nous sommes dans le pays des droits de l’Homme”.

Dans une ambiance bon enfant, les 700 manifestants se sont dirigés vers Tarahoi (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Tevaiarii est venue manifester pour demander l’annulation totale de l’obligation vaccinale. Pour elle, le vaccin n’est pas suffisamment fiable : “on veut obliger les soignants mais les soignants eux-mêmes ne veulent pas de cette vaccination, donc là, il y a des questions à se poser. Ca devrait rester libre d’autant plus que ce sont des vaccins encore en phase de test”. “On est tous différent, je ne vais pas imposer une pensée similaire à tout le monde. Chacun a le droit de penser différemment”.

Parmi les 750 manifestants, certains disent ne pas s’opposer au vaccin mais souhaitent avoir la possibilité de choisir : “moi je ne suis pas anti-vaccin, mais ce n’est pas une obligation d’aller se faire vacciner”, témoigne une employée d’un collège qui pense que la loi a été adoptée “trop rapidement, sans consulter la population”.

Votée le 20 août dernier, la loi sur l’obligation vaccinale suscite de vives émotions, notamment parce qu’elle concerne plusieurs corps de métiers. Les premiers contrôles débuteront dès le 23 octobre prochain. Les personnes concernées seront sanctionnées si elles ne présentent pas un schéma vaccinal complet, conformément à la loi. Elles risquent une amende de 175 000 Fcfp.

Une pétition contre l’obligation vaccinale a déjà recueilli 25 000 signatures. Une autre, contre le maintien de l’état d’urgence, circule également. Plusieurs recours demandant l’annulation de la loi sur l’obligation vaccinale ont également été portés au Conseil d’Etat.

Rédigé par

infos coronavirus