dimanche 17 janvier 2021
A VOIR

|

Noël en cardiologie : redonner du baume au coeur

Publié le

Publié le 24/12/2018 à 13:30 - Mise à jour le 24/12/2018 à 13:30
Lecture 2 minutes

La maladie ne s’arrête pas à Noël. Le réveillon est à la fois doux et amer. Au service cardiologie du Taaone, quatorze patients sont hospitalisés dans leur chambre, sept autres en soins intensifs. Le médecin, infirmières et aides-soignantes de garde pour douze heures reprennent le suivi des malades. Pour cette soirée particulière, l’écoute est un remède supplémentaire, explique Frédérique Veyrac, une infirmière : « La nuit favorise en général plus les discussions, les confessions. Et en ce jour spécial de réveillon où l’on se regroupe en famille pour fêter Noël, ça prête à des discussions plus personnelles, plus intimes ».

Les patients hospitalisés ont des pathologies cardiaques lourdes. Ils sont âgés de 40 à 80 ans. La transmission des dossiers médicaux et des bilans entre l’équipe de jour et celle de nuit est primordiale pour assurer le suivi des soins, et préparer les traitements médicaux. Dans les couloirs du service à moitié vide en cette fin d’année, le calme permet une tournée des patients plus sereine. La bienveillance du personnel soulage tant les douleurs physiques que psychologiques.

Allongé et fatigué, Fred, originaire des Tuamotu, reste dans son lit d’hôpital pour Noël : « Je n’ai plus la tête à l’esprit des fêtes » explique-t-il.  » Ce que je veux surtout, c’est que les personnes de ma famille viennent me voir« .
 

Si les sapins, les décorations et l’attention du personnel médical redonnent du baume au cœur, cette période de fêtes fixe les émotions et n’empêche pas les événements tragiques. La veille, une patiente est décédée dans le service :  » il peut y avoir des moments de tristesse effectivement en période de fête. Hier nous avons eu un décès. Nous avons pris le temps avec la famille de se réunir et faire une séance d’hypnose familiale. Nous avons appris des formations dans le service. Il existe ce voyage et on essaye au mieux d’accompagner la famille » précise Patricia Sivy, infirmière en cardiologie.

Si le nombre de patients est réduit en ces jours de fêtes, le personnel reste vigilent à la moindre alerte. Dans le couloir, médecin, infirmières et aides soignantes dressent une petite table décorée. Un Noël en toute intimité au plus près des malades. Un moment de partage et de convivialité pour renforcer les liens. 
 

Thomas CHABROL

infos coronavirus