jeudi 2 avril 2020
A VOIR

|

Nicole Sanquer a rencontré la directrice générale de l’enseignement secondaire

Publié le

Publié le 29/02/2016 à 9:54 - Mise à jour le 29/02/2016 à 9:54
Lecture 2 minutes

Florence Robine a pu découvrir une partie de la réalité géographique et culturelle du système éducatif polynésien, en particulier son éparpillement sur l’ensemble des archipels. La ministre a apprécié la volonté de la directrice générale d’accompagner la Polynésie française dans les réformes engagées.

La réforme du collège en est un exemple, réforme dans laquelle l’articulation entre le 1er et le 2nd degré devra être renforcée pour éviter toute rupture dans les apprentissages. La mise en place du conseil « école-collège », mais aussi du nouveau cycle 3 (CM1, CM2 et 6ème) formalisera cette volonté, et surtout cette nécessité.

Dans ce cadre, madame Robine a soutenu la mise en œuvre de la continuité CM1, CM2 et 6ème dans l’enseignement des langues et culture polynésiennes (LCP), avec le transfert de 15 postes de professeurs des écoles spécialisés en LCP en collège dès la rentrée scolaire d’août 2016. Ces professeurs des écoles interviendront sur l’ensemble des 25 collèges publics que compte la Polynésie française. Une réflexion est également engagée pour élaborer des épreuves plus adaptées en langues et cultures polynésiennes au DNB et au Baccaulauréat. Le Va’a, ou encore le Orero, mériteraient une intégration dans ces examens nationaux.
 

La réforme de la voie professionnelle et technologique devra également s’inscrire dans cette dynamique. Une continuité plus marquée, plus cohérente, devra être mise en œuvre entre les CJA, les CETAD, les SEGPA et les lycées professionnel, le tout dans le cadre du schéma directeur des formations officialisé lors des Etats généraux de l’éducation en décembre 2015.

Florence

Robine a souligné que les programmes d’accompagnement et de formation devront être soutenus. Les plans de formation initiale et continue, en concertation avec l’école supérieure du professorat et de l’éducation (ESPé), devront être régulés en ce sens. Elle a également souligné l’importance de continuer l’engagement actuel de la ministre en faveur d’une politique d’internat, 12% des élèves du 2nd degré étant scolarisés hors noyau familial.

(Communiqué de presse)

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Covid-19 : Renforcement des contrôles des forces de l’ordre...

Le coronavirus circule dans la zone urbaine de Tahiti ainsi qu’à Moorea. Aussi, il est demandé à la population de limiter les déplacements entre cette zone et le reste de l’île et de les réserver aux seuls motifs impérieux. Les échanges entre cette partie de l’île et le reste de Tahiti doivent être limités au strict nécessaire.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV