lundi 13 juillet 2020
A VOIR

|

Moorea : les activités touristiques sont-elles impactées suite à l’attaque de requin ?

Publié le

L’attaque lundi dernier, d’une touriste par un requin parata lors d’une session de plongée au large, a été relayée par de nombreux médias et même jusqu’à l’étranger. Une semaine après les faits, le calme revient petit à petit dans le lagon de l’île sœur.

Publié le 29/10/2019 à 9:23 - Mise à jour le 29/10/2019 à 11:07
Lecture < 1 min.

L’attaque lundi dernier, d’une touriste par un requin parata lors d’une session de plongée au large, a été relayée par de nombreux médias et même jusqu’à l’étranger. Une semaine après les faits, le calme revient petit à petit dans le lagon de l’île sœur.

Ces touristes sont venus jusqu’à Moorea pour vivre une expérience unique, une immersion totale dans le monde de ces grands mammifères qui viennent se reproduire dans les eaux polynésiennes. L’attaque d’une vacancière par un parata, requin à pointe blanche du large, n’a pas freiné certains visiteurs. Une fois à l’eau, toutes les réticences disparaissent. « On a suivi les instructions de Pierrick et finalement on a réussi à voir une énorme baleine qui a nage en dessous de nous, de manière très douce. C’était absolument magnifique » nous dit Louisa Temal, une touriste.

L’observation de ces grands cétacés représente l’activité principale de Pierrick Seybald, apnéiste spécialisé dans les requins. Pour une pratique optimale, ses clients doivent respecter des règles de sécurité stricte : « On dit bien aux clients qu’ils doivent rester en groupe, qu’ils doivent rester derrière nous, qu’ils doivent être prêts avant d’aller dans l’eau, avec leur palme, masque et tuba. Il faut toujours qu’ils soient conscients qu’il ne faut pas mettre leur masque une fois qu’ils soient dans l’eau. Dès qu’ils sont dans l’eau, il faut qu’ils aient un visuel de ce qui les entoure. Un groupe de personnes qui nage doucement et qui nage pas forcément très bien avec des splash en surface, avec des bulles, un sillage derrière, peut attirer le requin dans le sillage des palmes des gens. C’est important pour nous, les guides, lorsqu’on se déplace avec notre groupe, de bien regarder derrière ».

Pour l’instant, les prestataires poursuivent leurs activités, aucune mesure d’interdiction de mise à l’eau avec ces mammifères n’ayant été décidée.

Article précédentE aha te huru
Article suivantRencontre avec la Team 18 Huahine

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

Malgré les critiques, l’Assemblée adopte le SAGE

Adopté par 39 voix contre 18, le schéma d’aménagement général de Polynésie française a d’abord fait l’objet de quelques empoignades ce matin. Vivement critiqué par les élus de l’opposition, le SAGE s’est rapidement vu éclipser par la très controversée Route du sud.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV