samedi 12 juin 2021
A VOIR

|

Moorea : Fin du démantèlement du voilier abandonné dans la baie de Cook

Publié le

L’épave située dans la baie de Cook à Paopao a été entièrement retirée. L’opération diligentée par la Direction Polynésienne des Affaires Maritimes (DPAM) avait débuté la semaine dernière. Les derniers éléments de l’épave ont été retirés mardi et l’ensemble des pièces découpées a été transporté à Papeete par barge afin d’être traitée par le CRT de Motu Uta.

Publié le 11/12/2019 à 17:25 - Mise à jour le 11/12/2019 à 17:25
Lecture < 1 min.

L’épave située dans la baie de Cook à Paopao a été entièrement retirée. L’opération diligentée par la Direction Polynésienne des Affaires Maritimes (DPAM) avait débuté la semaine dernière. Les derniers éléments de l’épave ont été retirés mardi et l’ensemble des pièces découpées a été transporté à Papeete par barge afin d’être traitée par le CRT de Motu Uta.

À l’issue d’une consultation, l’opération qui aura coûté 1,9 million de Fcfp a été confiée à un opérateur spécialisé, la société Pacific Océan Scuba Service (POSS) qui avait pour obligation de procéder à la dépollution en prenant les précautions nécessaires autour du navire pour éviter les risques de pollution du lagon (barrage anti pollution). Elle devait ensuite procéder au démantèlement du navire lui-même, incluant la découpe de l’épave et la remise en état du site. Elle devait enfin transférer l’ensemble des déchets vers un centre de traitement agréé, en l’occurrence le CRT de Motu Uta.

L’opération se sera déroulée en moins d’une semaine.

(Crédit photo : Présidence de la Polynésie française)

Ce navire, inoccupé depuis plusieurs années, avait fini par échouer sur le rivage et n’avait plus de propriétaire formellement identifié depuis le décès de son dernier occupant. Son état délabré et l’absence d’étanchéité de sa coque en faisait une épave qu’il importait de dépolluer et de démanteler en urgence avant la saison cyclonique, d’autant qu’elle constituait depuis trop longtemps une nuisance visuelle évidente dans une zone très touristique.

Préalablement aux opérations de démantèlement, la DPAM avait du enclencher une procédure de déchéance des droits du propriétaire et mettre en œuvre une autorisation de prise en charge de l’opération de retrait par la Polynésie française.

infos coronavirus