samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Moins d’habitants aux Tuamotu – Gambier

Publié le

Publié le 28/10/2014 à 13:28 - Mise à jour le 28/10/2014 à 13:28
Lecture < 1 min.

Au 22 août 2012, les Tuamotu-Gambier comptaient 16 831 habitants, selon l’Institut de la statistique de Polynésie française (ISPF). Dans ces archipels, la population des communes de moins de 500 et de plus de 3 000 progresse. Celle des communes entre 500 et 3 000 habitants diminue. Depuis 2007, la population a baissé de 65 personnes.
La baisse de la population des Tuamotu – Gambier est due en partie à une baisse des naissances ainsi qu’à de nombreux départs. 
L’indicateur conjoncturel de fécondité a quasiment été divisé par deux en vingt-cinq ans pour s’établir à 1,75 enfant par femme.
 

Du côté de l’emploi, dans un contexte de crise économique, le taux de chômage mesuré par le recensement a presque doublé en cinq ans : de 12 % en 2007, il atteint 22 % en 2012. Les jeunes et les moins diplômés sont les plus touchés.  Un chômeur sur deux a moins de 27 ans et 45 % des chômeurs déclarent n’avoir jamais travaillé
Les difficultés que rencontre le secteur de la perle depuis quelques années se sont traduites par la disparition de 26 % des fermes perlières et la baisse de 18 % des surfaces maritimes exploitées. Entre 2007 et 2012, la perte nette d’emplois salariés et non
salariés a été en moyenne de 3,1 % par an.

Retrouvez la publication de l’ISPF sur les Tuamotu – Gambier, en intégralité, en cliquant ICI. 

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.