mardi 24 mai 2022
A VOIR

|

Métropole : un salon réservé aux étudiants ultramarins

Publié le

Publié le 05/09/2015 à 7:50 - Mise à jour le 05/09/2015 à 7:50
Lecture < 1 min.

Le premier salon des étudiants d’outre-mer s’est déroulé samedi à Paris. Une journée d’information exclusivement dédiée aux étudiants ultramarins. Logement, santé, mobilité, financement des études, jobs, stages… plusieurs sujets y ont été abordés. Une initiative pour accompagner ces jeunes qui quittent leur terre pour partir étudier en métropole.

Bien souvent, les étudiants ultramarins se retrouvent seuls face à de nouvelles difficultés. “Ce qui a été le plus difficile pour moi, c’est tout ce qui a été d’ordre administratif. Déjà on ne paie pas d’impôts à Tahiti. Donc j’ai dû apprendre comment ça fonctionne ici. il fallait que je m’inscrive en temps que demandeur d’emploi, que j’aille voir une assistante sociale…”, raconte Taina arrivée à Paris l’année dernière de Tahiti. 

Mais au-delà des problèmes pratiques, c’est souvent le mal du pays qui se fait sentir. Des associations comme l’AEPF (association des étudiants de Polynésie française) permettent aux étudiants de se ressourcer. “Généralement, les étudiants polynésiens qui viennent à l’AEPF, c’est qu’ils recherchent vraiment cette ambiance qu’on a chez nous. C’est ce qui manque beaucoup : la famille, l’entourage et la nourriture, je pense. Le climat, on s’y fait”, estime Roxane de l’AEPF. 

Pour Edwing Laupen, président du Campus outre-mer, venir d’ailleurs peut être une force. “On peut être meilleur quand on a fait 24 000 km, on peut être meilleur quand on en a fait 8, que d’autres. Ou aussi bien en tout cas”, lance-t-il au micro de Tahiti Nui Télévision. 
​On estime qu’entre 20 000 et 30 000 étudiants ultramarins rejoignent l’hexagone chaque année. 

Rédaction Web (Reportage : Yvan Forestier)

infos coronavirus