jeudi 25 février 2021
A VOIR

|

Métropole : un salon réservé aux étudiants ultramarins

Publié le

Publié le 05/09/2015 à 7:50 - Mise à jour le 05/09/2015 à 7:50
Lecture < 1 min.

Le premier salon des étudiants d’outre-mer s’est déroulé samedi à Paris. Une journée d’information exclusivement dédiée aux étudiants ultramarins. Logement, santé, mobilité, financement des études, jobs, stages… plusieurs sujets y ont été abordés. Une initiative pour accompagner ces jeunes qui quittent leur terre pour partir étudier en métropole.

Bien souvent, les étudiants ultramarins se retrouvent seuls face à de nouvelles difficultés. « Ce qui a été le plus difficile pour moi, c’est tout ce qui a été d’ordre administratif. Déjà on ne paie pas d’impôts à Tahiti. Donc j’ai dû apprendre comment ça fonctionne ici. il fallait que je m’inscrive en temps que demandeur d’emploi, que j’aille voir une assistante sociale… », raconte Taina arrivée à Paris l’année dernière de Tahiti. 

Mais au-delà des problèmes pratiques, c’est souvent le mal du pays qui se fait sentir. Des associations comme l’AEPF (association des étudiants de Polynésie française) permettent aux étudiants de se ressourcer. « Généralement, les étudiants polynésiens qui viennent à l’AEPF, c’est qu’ils recherchent vraiment cette ambiance qu’on a chez nous. C’est ce qui manque beaucoup : la famille, l’entourage et la nourriture, je pense. Le climat, on s’y fait », estime Roxane de l’AEPF. 

Pour Edwing Laupen, président du Campus outre-mer, venir d’ailleurs peut être une force. « On peut être meilleur quand on a fait 24 000 km, on peut être meilleur quand on en a fait 8, que d’autres. Ou aussi bien en tout cas », lance-t-il au micro de Tahiti Nui Télévision. 
​On estime qu’entre 20 000 et 30 000 étudiants ultramarins rejoignent l’hexagone chaque année. 

Rédaction Web (Reportage : Yvan Forestier)

infos coronavirus