lundi 26 septembre 2022
A VOIR

|

Mesures du gouvernement : des annonces “pour calmer la population” estime Vatea Heller

Publié le

Le conseil d’administration de la CPS a voté vendredi une baisse de deux points des cotisations sur la maladie à compter du 1er octobre. Dans le même temps, une hausse de 1 point des cotisations a été acté pour la tranche A de la retraite. Une manière de faire baisser le coût du travail, tout en renflouant les caisses de la retraite. Vatea Heller, représentant O Oe to Oe Rima au CA de la CPS était l'invité de notre journal :

Publié le 18/09/2022 à 15:48 - Mise à jour le 19/09/2022 à 10:29
Lecture 4 minutes

Le conseil d’administration de la CPS a voté vendredi une baisse de deux points des cotisations sur la maladie à compter du 1er octobre. Dans le même temps, une hausse de 1 point des cotisations a été acté pour la tranche A de la retraite. Une manière de faire baisser le coût du travail, tout en renflouant les caisses de la retraite. Vatea Heller, représentant O Oe to Oe Rima au CA de la CPS était l'invité de notre journal :

TNTV : Les charges sociales baissent d’un côté et augmentent de l’autre. Finalement, la baisse est globalement de 1 point en contrepartie de l’instauration de la TVA sociale mais selon une formule à laquelle on ne s’attendait pas. Pourquoi ce choix ?
Vatea Heller : “La compréhension de chacun est celle qu’elle est. Pour moi, déjà, il faut prendre tous ces chiffres et toutes ces décisions très humblement parce que nous sommes dans une situation de crise et les décisions sont en train de fuser. Notamment on était partis sur 1 point et au final on se retrouve avec 2 points. Aujourd’hui j’entends dire qu’il y a un point qui va augmenter sur la retraite. Ce que j’ai voté hier, c’est la diminution des deux points sur la maladie.”

Il n’était pas question d’augmenter de 1 point les cotisations retraite alors… ?
“Il y a des discussions qui vont se faire en octobre et peut-être que le conseil des ministres va décider unilatéralement ce mercredi. Pour moi, 2 points c’est sûr, j’ai voté. je n’ai pas voté de délibération pour l’augmentation de 1 point sur la retraite. J’ai voté pour la diminution de 2 points sur la maladie.”

Pourtant nous avons eu confirmation auprès de plusieurs sources sûres et notamment au sein de la CPS même, qu’il y a bien eu vote de cette hausse de 1 point sur les cotisations de retraite…
“Je ne m’attarderai pas sur ce qui s’est passé au sein du CA. Par contre l’impact que ça aura sur l’ensemble de la Polynésie, c’est que grâce à la TVA sociale qui a été supportée par l’ensemble de la Polynésie, nous avons pu dégager un surplus sur la maladie. C’est la raison pour laquelle il y a eu cette décision de diminuer la part maladie pour renflouer la part retraite qui est déficitaire aujourd’hui. Tel que j’ai compris, elle est arrivée comme ça. Donc j’ai voté hier pour la diminution de deux points et, je le répète, je ne vois pas à quel moment j’ai voté pour l’augmentation de 1 point sur la retraite. Ce qui est important de dire, c’est que 1 point, ça représente 2.3 milliards. Donc 2 points ça va représenter 4.6 milliards. Ça va mettre de l’eau dans le moulin de la retraite qui est déficitaire et peut-être que ça va nous permettre de faire d’autres choses. Nous sommes toujours en discussion parce que le point d’achoppement hier c’était de dire que si on favorise la retraite, par exemple, quelqu’un qui n’a pas cotisé pendant 2 ans, se retrouve aujourd’hui avec une retraite de 35 000 Fcfp. Nous sommes tout à fait d’accord pour que cette manne puisse aider ce genre de personnes. Par contre, nous avons aussi le moni ruau (minimum vieillesse, NDLR) qui est attribué à des personnes qui n’ont jamais cotisé. C’est 60 000 Fcfp, c’est très peu, mais c’est du domaine du social et c’est là où les discussions doivent se tenir. Quelle part la CPS prendra en charge ? Est-ce que c’est la CPS en globalité qui prendra en charge l’augmentation ? Toutes ces annonces ont fait qu’il y a des décisions qui sont prises aujourd’hui dans la précipitation. Et c’est là où, personnellement, je suis très réservé sur ces mesures qui, pour moi, sont provisoires et risques d’évoluer.”

Une chose est sûre, votre priporité est le pouvoir d’achat…
“C’est le pouvoir d’achat !”

D’après vous les mesures qui ont été prises ou qui ont été annoncées, sont-elles suffisantes pour sauver la protection sociale généralisée ?
“La protection sociale généralisée continue d’évoluer. Elle est dépendante aujourd’hui de la TVA sociale, demain peut-être d’un apport de l’Etat ou d’un remboursement de la dette pour les maladies radio-induites, mais c’est très fragile. La PSG a été mise en place dans une période d’opulence. Aujourd’hui on est en période de crise. C’est difficile et notre travail aujourd’hui c’est de faire en sorte que toutes les prestations de la CPS soient assurées.”

Jeudi à l’assemblée, le président a annoncé différentes mesures pour redonner du pouvoir d’achat à la population et notamment aux travailleurs. Selon le patronat, il faut aussi que ces mesures s’accompagnent d’un véritable développement économique. Est-ce que c’est votre avis également ?
“C’est mon avis également. Bon, on a une évolution sur l’année. On est partis de 65 000 travailleurs à 69 000. Ça fait 4000 emplois supplémentaires. Ce sont des chiffres. Derrière ces chiffres là il y a des CAE, les SITH. Donc on a encore beaucoup de choses à améliorer et surtout le développement économique. Donc développer des activités sur le Pays.”

On revient sur les mesures annoncées par le gouvernement et notamment la revalorisation du moni ruau et des allocations familiales. C’est ce que demandaient les syndicats. Comment est-ce que vous percevez ces annonces ?
“Ces annonces, ce sont des annonces. On a le 1% de la TVA sociale qui va permettre de dégager une certaine manne, qui va peut-être pouvoir faire augmenter l’allocation et les moni ruau. Mais le monde du travail continue de souffrir malgré les chiffres qui sont au vert. C’est-à-dire que malgré le fait que les chiffres sont en augmentation pour le nombre de travailleurs, les augmentations de salaire ne sont pas là. Donc nous sommes en pleine crise d’augmentation un peu partout. Avec 10 000 Fcfp on ne fait pas le caddie et les smigars sont toujours en bas. Et il y a toute une tranche qui est en train de souffrir aujourd’hui alors quand on parle de milliards, je suis très réservé sur l’avenir et l’équilibre social dans les jours à venir donc ces annonces sont là pour calmer la population. C’est très bien. C’est le devoir du président. Mais il va falloir du concret bientôt.”

Nota bene : Selon nos informations, la hausse de 1 point des cotisations a bien été actée pour la tranche A de la retraite. Le dossier passera au prochain conseil des ministres pour examen et validation.

infos coronavirus