mercredi 21 août 2019
A VOIR

|

Matahiarii Tauziet : un enfant de Rangiroa au Lycée de Saint-Cyr

Publié le

Publié le 03/01/2018 à 10:56 - Mise à jour le 03/01/2018 à 10:56
Lecture 3 minutes

Matahiarii Tauziet a 15 ans. Ce jeune homme originaire de Rangiroa a intégré le lycée militaire de Saint-Cyr, l’un des six lycées de la Défense, il y a quelques mois. 
Ce jeudi matin, René Bidal lui a remis une médaille illustrée par une gravure de Boullaire – la même que celle offerte à l’ex président des Etats-Unis, Barack Obama – pour l’encourager. “C’est un très bel exemple pour la Polynésie française et la jeunesse”, commente le Haut-commissaire. “C’est un garçon qui a suivi toute sa scolarité aux Tuamotu, et qui aujourd’hui, grâce à un excellent dossier scolaire, a pu accéder au Lycée militaire de préparation de Saint- Cyr. Ca a été difficile pour lui, il est en seconde, il est en période d’adaptation, il a tout un cursus à développer  jusqu’à la Terminale, mais si ses premiers pas prometteurs se confirment, je pense qu’il sera ensuite apte à intégrer les classes préparatoires pour se présenter aux concours des grandes écoles militaires. Il souhaite faire Polytechnique, je pense qu’il a les capacités de le faire une fois qu’il se sera habitué au rythme et au niveau de ce lycée très prestigieux. C’est un exemple pour la Polynésie parce-qu’il y a une double discontinuité territoriale ici : celle entre l’hexagone et Tahiti, et celle entre Tahiti et les archipels. Voir un enfant des Tuamotu réussir brillamment, et pouvoir intégrer un lycée militaire où il y a beaucoup de demandes et peu d’admis : bravo. On parle de l’océanisation des cadres : ce jeune homme en est un exemple flagrant. Je suis très heureux que les Tuamotu aient l’un de leurs enfants bientôt en capacité de faire les écoles préparatoires”.

Lorsque Matahiarii et ses parents ont déposé un dossier, il y a quelques mois : les services de l’Etat se sont mobilisés pour le soutenir. “On a tout fait avec le Vice-recteur et  l’Amiral, on s’y est mis à trois, pour que ce jeune soit le plus rapidement intégré au lycée, alors que la scolarité avait débuté”, explique René Bidal, qui souhaitait valoriser le parcours de cet enfant des Tuamotu.
Un soutien qui va droit au coeur du jeune homme, qui fait ses premiers pas en métropole : “J’ai reçu une médaille de Boullaire. Elle est belle et je suis plutôt content”, confie-t-il aux médias. “Le niveau est vraiment très haut mais ça va. L’un de mes amis qui y était et qui a terminé son cursus là bas m’en avait parlé, il venait de mon île, ça m’a intéressé. Je vise Polytechnique, c’est dur… J’ai trois ans pour faire mon choix. Cette carrière me permettrait d’avoir une carrière diversifiée. C’est un lycée qui se trouve à Versailles. Je l’ai intégré le 4 octobre, je suis arrivé avec un mois de retard, je me suis dit que j’allais devoir bosser. Ca a été difficile, il y avait des interrogations écrites dès le départ. Je souhaite suivre une filière S, et pourquoi pas devenir bioscientifique, biologiste… quelque chose dans le domaine scientifique. Je veux prendre de l’expérience et revenir ensuite au fenua.”
 

Rédaction web avec Esther Parau Cordette 

Laissez un commentaire

épidémie de dengue

DOSSIERS DE LA REDACTION

Le recyclage des déchets numériques en Polynésie

Comment recycler vos déchets électriques et électroniques ? Que deviennent-ils ? Qui finance les collectes ? Autant de questions essentielles pour notre environnement. Depuis le mois de juin, des opérations menées par Fenua Ma ont permis de récolter près de 30 tonnes de déchets auprès des particuliers. Un défi à relever pour la planète, mais qui n’est pas facile à mener.

Animaux errants, divagants… que font les communes pour endiguer le problème ?

Les animaux errants incarnent un souci permanent pour les Tavana à la recherche de solutions. À Bora Bora, une vaste campagne de stérilisation a été lancée en 2016, et cette année, l’île s’est aussi dotée d’un chenil géré par l’association "Bora Bora animara".

Dossier : tout sur l’allocation de rentrée scolaire

20 000 foyers ont reçu depuis jeudi dernier l’Allocation de rentrée scolaire (ARS) versée par la CPS. Cette aide financière est souvent indispensable pour les ménages les plus modestes. 35000 enfants de 2 à 21 ans vont pouvoir toucher entre 5000 et 24000 Fcfp pour acheter des fournitures scolaires. A qui s’adresse l’ARS ? A quel montant peut-on prétendre ? Réponses dans notre dossier :

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub